KEYTRUDA (pembrolizumab) - Risque de réactions cutanées graves : syndrome de Stevens-Johnson et nécrolyse épidermique toxique

Date de début :
16 mars 2017
Date d’affichage :
20 mars 2017
Type de communication :
Avis aux professionnels de la santé
Sous-catégorie :
Biologique/vaccin
Source :
Santé Canada
Numéro d’identification :
RA-62670

Destinataires

Professionnels de la santé, tels que les oncologues, le personnel infirmier, les pharmaciens d’hôpital, le personnel de salle d’urgence et le personnel de centre de cancérologie.

Messages clés

  • Des cas de syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) et de nécrolyse épidermique toxique (NET), y compris des cas ayant occasionné la mort, ont été signalés chez des patients traités avec KEYTRUDA (pembrolizumab).
  • On recommande aux professionnels de la santé d’appliquer les mesures suivantes :
    • Conseiller les patients en fonction des avantages et des risques associés à KEYTRUDA, y compris le risque et les symptômes précoces de SSJ et de NET.
    • Interrompre le traitement avec KEYTRUDA et consulter un spécialiste pour une évaluation et un traitement immédiats en présence de réaction cutanée grave ou d’un cas soupçonné de SSJ ou de NET.
    • Cesser définitivement tout traitement avec KEYTRUDA en présence d’un cas confirmé de SSJ ou de NET.
  • Santé Canada travaille actuellement avec le fabricant pour inclure les présents renseignements sur l’innocuité dans la monographie canadienne du produit.

    

Problème

Des cas de SSJ et de NET ont été signalés à l’échelle mondiale au cours des études cliniques et après la commercialisation du produit. Huit cas de SSJ, dont un cas mortel, et deux cas de NET, dont un cas mortel, ont été dénombrés. Parmi tous ces cas, un cas de SSJ a été déclaré au Canada.

Produits visés

Produits KEYTRUDA (pembrolizumab) pour usage intraveineux.

Contexte

KEYTRUDA, un anticorps bloquant le récepteur 1 de mort cellulaire programmée (PD 1), est indiqué pour le traitement des patients atteints d’un mélanome non résécable ou métastatique n’ayant jamais été traités avec l’ipilimumab.
KEYTRUDA est également autorisé, en vertu de la politique sur les avis de conformité avec conditions (http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodpharma/notices-avis/conditions/keytruda_dhcpl_lapds_186275-fra.php), pour le traitement des patients atteints :

  • d’un mélanome non résécable ou métastatique avec progression de la maladie à la suite d’un traitement avec l’ipilimumab et, en présence d’une mutation V600 du gène BRAF, à la suite d’un traitement avec un inhibiteur du gène BRAF ou de la protéine MEK;
  • d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) métastatique dont les cellules tumorales expriment le PD-L1 (conformément aux résultats d’un test validé), et dont la maladie a progressé pendant ou après une chimiothérapie à base de platine.

Le risque potentiel de SSJ et de NET associé à l’utilisation de KEYTRUDA a été évalué d’après les données d’innocuité actuellement accessibles dans les articles publiés et la base de données mondiale sur l’innocuité du fabricant (qui contient à la fois les données sur les effets indésirables graves observés pendant les études cliniques et les rapports sur les effets indésirables survenus après la commercialisation). À l’échelle mondiale, un cas de SSJ mortel a été signalé chez un patient traité avec KEYTRUDA au cours d’une étude clinique et un cas de NET mortelle a été signalé chez un patient recevant le produit après sa commercialisation. Ces deux cas inclus, un total de huit cas de SSJ (six au cours d’études cliniques et deux après commercialisation) et de deux cas de NET (tous deux après commercialisation) ont été dénombrés. Sur les dix cas signalés, un cas de SSJ est survenu au Canada et deux cas faisaient état d’une association temporelle avec l’utilisation de KEYTRUDA, comportaient peu de facteurs de confusion et incluaient des biopsies qui concordaient avec le SSJ ou la NET.

Approximativement 11 000 patients ont été traités avec KEYTRUDA dans les études cliniques et 27 000 patients l’ont reçu après sa commercialisation.

Personnes touchées

Information à l’intention des consommateurs

KEYTRUDA est un médicament qui sert à traiter un type de cancer de la peau appelé « mélanome » lorsque celui-ci s’est propagé ou ne peut être retiré par une intervention chirurgicale. Il peut aussi servir à traiter un type de cancer du poumon appelé « cancer du poumon non à petites cellules » (CPNPC) lorsque celui-ci s’est propagé, ne peut pas être retiré par une intervention chirurgicale et ne répond pas ou ne répond plus à la chimiothérapie.

Chez certains patients, un lien a été établi entre le traitement avec KEYTRUDA et des réactions cutanées potentiellement mortelles regroupées sous le nom de « syndrome de Stevens-Johnson » (SJS) et de « nécrolyse épidermique toxique » (NET). À l’heure actuelle, deux cas mortels ont été déclarés à l’échelle mondiale.

Le SSJ et la NET sont des affections graves qui peuvent causer la mort. Elles touchent souvent des surfaces de peau importantes, les yeux et les muqueuses de la bouche, du nez, de la gorge ou de la région génitale. Les premiers symptômes ressemblent à ceux de la grippe : fièvre, fatigue, courbatures et douleurs articulaires. Ils sont suivis par une éruption cutanée étendue et des rougeurs et des vésicules apparaissent sur la peau et la paroi humide de la bouche, du nez, de la gorge ou de la région génitale. La desquamation et le décollement de la peau touchée sont fréquents, créant des plaies qui ressemblent à des brûlures profondes. Les patients devraient consulter un médecin immédiatement s’ils présentent l’un de ces symptômes.

Ils devraient en outre informer leur professionnel de la santé de tout effet secondaire lié à l’utilisation de KEYTRUDA.

Information à l’intention des professionnels de la santé

Rappel – Les professionnels de la santé doivent :

  • conseiller les patients en fonction des avantages et des risques associés à KEYTRUDA, y compris le risque et les symptômes précoces de SSJ et de NET;
  • interrompre le traitement avec KEYTRUDA et consulter un spécialiste pour une évaluation et un traitement immédiats en présence de SSJ, de NET ou d’autres signes ou symptômes de réaction cutanée grave (grade 3);
  • cesser définitivement tout traitement avec KEYTRUDA en présence d’un cas confirmé de SSJ ou de NET.

Mesures prises par Santé Canada

Santé Canada travaille avec le fabricant afin de mettre à jour la monographie canadienne du produit pour inclure les présents renseignements sur l’innocuité.

Le ministère transmet cette mise à jour importante aux professionnels de la santé et aux Canadiens par l’entremise de la base de données des rappels et des avis de sécurité du site Canadiens en santé.

Cette mise à jour des renseignements sera également distribuée par le système d’Avis électronique MedEffetMC.

Signaler un problème lié à la santé ou à la sécurité

La gestion des effets secondaires liés à un produit de santé commercialisé dépend de leur déclaration par les professionnels de la santé et les consommateurs. Tout cas de réaction cutanée grave, de SSJ ou de NET soupçonnés ou tout autre effet indésirable grave ou imprévu chez les patients recevant KEYTRUDA doit être signalé à Merck Canada Inc. ou à Santé Canada.

Merck Canada Inc., Pharmacovigilance
16750, route Transcanadienne
Kirkland (Québec)  H9H 4M7
Télécopieur : 1-800-369-3090

Pour corriger votre adresse postale ou numéro de télécopieur, veuillez communiquer avec Merck Canada Inc.
Vous pouvez signaler les effets secondaires soupçonnés associés à l’utilisation de produits de santé à Santé Canada :

  • Composez sans frais le 1-866-234-2345; ou
  • Consultez la page Web MedEffet Canada sur la déclaration des effets indésirables pour savoir comment déclarer un effet indésirable en ligne, par courrier ou par télécopieur.

Pour d’autres renseignements concernant les produits de santé reliés à cette communication, veuillez communiquer avec Santé Canada :

Direction des produits de santé commercialisés
Courriel : mhpd_dpsc@hc-sc.gc.ca
Téléphone : 613-964-6522
Télécopieur : 613-952-7738

Version originale signée par

 

Sevag Sahakian, B. Pharm.
Directeur médical intérimaire, Affaires médicales

Information supplémentaire

Le fabricant a avisé Santé Canada du risque associé à ce produit de santé. Santé Canada appuie les actions prises par le fabricant, et à cet effet, une évaluation des risques n'a pas été nécessaire et un résumé de l'examen de l'innocuité n'a pas été préparé.