Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada - Documentation à l'appui - Le malathion

Télécharger le rapport complet
(Format PDF, 27 K, 3 pages)

Organisation : Santé Canada

Type : Lignes directrices

Date publiée : 1986-02

Sujets connexes

Table des matières

Recommandation

La concentration maximale acceptable (CMA) de malathion dans l'eau potable est de 0,19 mg/L (190 µg/L).

Propriétés physico-chimiques, utilisations et sources de contamination

Le malathion (C10H19O6PS2) est un insecticide ou un acaricide organophosphoré utilisé pour lutter contre divers insectes et acariens sur une vaste gamme de plantes agricoles et horticoles, ainsi que pour lutter contre les moustiques, les mouches, les insectes de maison, les ectoparasites et, chez l'homme, contre les poux de tête et de corps. De 100 000 à 500 000 kg de ce produit sont utilisés chaque année au Canada.Note de bas de page 1

La pression de vapeur du malathion est faible, soit 5 x 10-3 Pa à 30°C; sa solubilité dans l'eau est assez élevée (145 mg/L à 25°C).Note de bas de page 2 Les valeurs signalées du logarithme du coefficient de partage octanol-eau vont de 2,36 à 2,89;Note de bas de page 3 on ne s'attend donc pas à ce qu'il y ait bioaccumulation de ce produit dans les tissus humains ou animaux.

Le malathion est fixé modérément par le sol où il est fortement biodégradé et hydrolysé; on ne s'attend pas à ce qu'il soit lixivié jusqu'à la nappe phréatique.Note de bas de page 4 Le taux de disparition signalé après une semaine dans le sol va de 75 à 100 pour cent.Note de bas de page 5 Dans les réseaux aquatiques, sa vitesse d'hydrolyse varie en fonction du pH; d'après les valeurs publiées, sa demi-vie va de 0,2 semaine à un pH de 8,0 à 21 semaines à un pH de 6,0.Note de bas de page 4 La biodégradation joue un rôle important dans l'élimination du malathion des eaux naturelles.Note de bas de page 4 Dans l'eau, le malathion a tendance à se dégrader plus rapidement que les autres insecticides organophosphorés.Note de bas de page 6

Exposition

On n'a pas décelé de malathion dans les 179 échantillons prélevés dans des réseaux publics et privés de distribution d'eau potable de l'Île-du-Prince-Édouard (1986), de la Nouvelle-Écosse (1986), de l'Ontario (1971-1982, 1985) et du Manitoba (1986) (la limite de détection variant de 0,001 à 0,3 µg/L).Note de bas de page 7 On n'en a pas décelé dans environ 100 échantillons d'eau de surface recueillis dans les Prairies et analysés en 1973 et en 1974 (limite de détection non mentionnée);Note de bas de page 7 en outre, on a trouvé des concentrations variant de 0,24 à 1,8 µg/L dans quatre échantillons seulement sur les 949 prélevés entre 1975 et 1977 dans le cours de 11 bassins versants à vocation agricole du sud de l'Ontario (limite de détection : 0,1 µg/L).Note de bas de page 8 On n'a décelé du malathion qu'une seule fois (0,99 µg/L) dans 446 échantillons pris dans le bassin versant de trois rivières ontariennes (limite de détection : 0,1 µg/L).Note de bas de page 9

D'après la limite maximale de résidus tolérée par la Direction des aliments du ministère de la Santé nationale et du Bien-être social,Note de bas de page 10 l'apport alimentaire quotidien maximal de malathion est, en théorie, de 3,4 mg. Pour un adulte canadien, l'apport quotidien réel a été évalué, en moyenne, à 0,84 µg/jour, soit 0,012 µg/kg p.c. par jour, en s'appuyant sur les résidus trouvés lors d'une étude du panier de provisions réalisée en 1978.Note de bas de page 11 Aux États-Unis, l'apport alimentaire moyen a été évalué à 5,1 µg pour un adulte, d'après les résultats d'une étude du même genre effectuée entre 1982 et 1984.Note de bas de page 12 Ceci représente environ le tiers de l'apport quotidien évalué au cours d'une étude exécutée de 1980 à 1982.Note de bas de page 13 Le malathion et son analogue oxygéné ont été décelés dans 120 échantillons d'aliments produits aux États-Unis sur les 6 391 étudiés entre 1981 et 1986; 92 pour cent d'entre eux renfermaient une teneur égale ou inférieure à 2,0 ppm (limite de détection non mentionnée).Note de bas de page 14

Méthodes d'analyse et techniques de traitement

Il est possible de déterminer la teneur d'une eau en malathion par extraction au dichlorométhane, évaporation de l'extrait jusqu'à siccité, redissolution du résidu obtenu dans de l'hexane, puis analyse par chromatographie gaz-liquide avec détection dans le mode du phosphore (limite de détection : 0,1 µg/L).Note de bas de page 8,Note de bas de page 9

Il existe peu de renseignements sur l'efficacité des techniques actuelles de traitement permettant d'éliminer le malathion de l'eau potable. Il ne semble pas que la coagulation soit efficace à cet effet; de faibles concentrations de malathion (dans la plage de 0,05 à 0,1 µg/L) ne sont adsorbées que modérément (les proportions éliminées atteignent 50 pour cent) sur granules de charbon actif.Note de bas de page 15

Effets sur la santé

Le malathion est absorbé rapidement par le tube digestif. Il est dégradé en malaoxon, le métabolite actif, par les enzymes microsomales du foie. Le malathion et le malaoxon sont détoxifiés rapidement par hydrolyse par des carboxylestérases.Note de bas de page 16 Chez le rat, l'excrétion se fait principalement dans les urines, et presque 92 pour cent d'une dose de 25 mg de malathion marqué au 14C administrée par voie orale est éliminé dans les 24 heures.Note de bas de page 17

Le malathion a une faible toxicité aiguë chez les humains. Sa principale action toxique est l'inhibition de l'acétylcholinestérase, entraînant l'interruption de la neuro-transmission dans les systèmes nerveux parasympathique et sympathique, ainsi qu'un certain blocage du système nerveux central.Note de bas de page 18 Au cours d'une étude, des humains ont été exposés volontairement à des doses orales de malathion à raison de 8, de 16 ou de 24 mg pendant des périodes atteignant 56 jours. Les deux doses les moins élevées n'entraînaient aucune réduction significative de l'activité de la cholinestérase plasmatique ou érythrocytaire. Chez les personnes ayant reçu la dose de 24 mg/jour pendant 56 jours, la réduction de l'activité de la cholinestérase plasmatique atteignait 25 pour cent, trois semaines après l'interruption des prises,Note de bas de page 19 ce qui indique la réversibilité plutôt faible de l'interaction du malathion sur le site de fixation de l'acétylcholinestérase. La dose sans effet nocif observé (DSENO) trouvée lors de cette étude est donc de 16 mg/jour, soit 0,23 mg/kg p.c. par jour.

Le National Cancer Institute a réalisé des épreuves biologiques sur le pouvoir cancérogène du malathion par administration de cette substance par voie orale à des souris Charles River B6C3F1 pendant 80 semaines, à des rats Osborne-Mendel pendant 80 semaines ainsi qu'à des rats Fischer 344 pendant 103 semaines. Ces études ont fait l'objet d'une revue par le Centre internationale de recherche sur le cancer (CIRC).Note de bas de page 16 L'incidence tumorale n'a augmenté de façon significative que pour l'ensemble adénomes des cellules folliculaires de la thyroïde et carcinomes des cellules folliculaires chez le rat Osborne-Mendel femelle. L'incidence des phéochromocytomes surrénaliens s'est accrue chez le rat Fischer 344 soumis à la dose la plus faible, sans qu'aucune augmentation significative n'ait été observée chez les animaux du groupe ayant reçu la dose la plus élevée. D'après le CIRC, aucune donnée n'a montré que le malathion ou son métabolite, le malaoxon, est cancérogène; après une évaluation globale, le malathion a été classé parmi les substances du Groupe 3 (non classifiables quant à leur pouvoir cancérogène chez l'homme).Note de bas de page 20

Le malathion ne s'est pas avéré mutagène ni au cours de la plupart des études bactériennes, ni au cours de deux études réalisées sur des levures ou chez Drosophila melanogaster.Note de bas de page 16 On a signalé une augmentation de l'incidence des aberrations chromosomiques des spermatocytes de premier ordre chez des souris CFW après administration, par voie orale, d'une solution à 0,3 pour cent d'un produit contenant 30 pour cent de malathion (équivalent de 900 mg/L) pendant 50 ou 100 jours.Note de bas de page 21 On a aussi signalé que le malathion induisait une légère augmentation de l'incidence des aberrations chromosomiques dans les cellules médullaires de rats exposés in vivo.Note de bas de page 22 Le malathion a provoqué une augmentation significative des échanges de chromatides-soeurs dans les fibroblastes pulmonaires du foetus humain (après une seule dose de 40 µg/mL ou deux doses de 20 µg/mL),Note de bas de page 23 dans des cellules V79 de hamsters chinois (après des doses de 40 µg/mL)Note de bas de page 24 et des cellules ovariennes de hamsters chinois (exposés à une teneur en malathion de 0,03 mM [10 µg/mL]).Note de bas de page 25 Toutefois, on n'a observé aucune augmentation des échanges de chromatides-soeurs chez le foetus humain au cours d'une autre étude.Note de bas de page 22 Aucune augmentation de la synthèse non programmée de l'ADN n'a été notée dans des fibroblastes humains WI-38 traités au malathion, en présence ou en l'absence d'une préparation de microsomes de foie de souris.Note de bas de page 26 D'après le CIRC, le nombre de données indiquant que le malathion aurait un pouvoir mutagène est limité.Note de bas de page 16

Chez le rat mâle et femelle exposés au malathion à raison de 240 mg/kg p.c. par jour pendant cinq mois, le nombre moyen de ratons par portée était moindre que chez les témoins; en outre, le nombre de ratons ayant survécu après sept et 21 jours était à peu près deux fois moindre que chez les témoins.Note de bas de page 26 Des malformations ont été observées chez des embryons de poulet après administration d'aliments renfermant des teneurs de 600 ppm en malathion pendant trois semaines à des poules pondeuses. On a signalé une diminution de l'éclosabilité des oeufs pondus par des poules nourries d'aliments ayant une teneur en malathion d'au moins 1,0 ppm.Note de bas de page 17 On a toutefois signalé que le malathion ne s'était pas avéré tératogène au cours d'études où des rates gravides ont reçu par voie intrapéritonéale 900 mg/kg de cette substance 11 jours après l'insémination.Note de bas de page 6

Justification

L'apport quotidien acceptable (AQA) de malathion pour l'homme a été calculé par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS)Note de bas de page 27 comme suit :

Formulaire

où :

  • 0,23 mg/kg p.c. par jour est la dose sans effet nocif observé obtenue au cours d'études réalisées chez des volontairesNote de bas de page 19
  • 10 est le facteur d'incertitude.

La concentration maximale acceptable (CMA) de malathion dans l'eau potable a été calculée à partir de l'AQA comme suit :

Formulaire

où :

  • 0,02 mg/kg p.c. par jour est l'AQA établi par la FAO et l'OMS
  • 70 kg est le poids corporel moyen d'un adulte
  • 0,20 est la proportion de l'apport quotidien de malathion attribuée à l'eau potable (la consommation quotidienne réelle est évaluée à 0,06 pour cent de l'AQA)
  • 1,5 L/jour est la consommation moyenne quotidienne d'eau potable d'un adulte.

Références bibliographiques

Date de modification :