Compétences en immunisation à l'intention des professionnels de la santé

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 676 Ko, 62 pages)

Appendice D : Glossaire (format de rechange)
(Format PDF, 296 Ko, 14 pages)

Commander une copie

Organisation : Agence de la santé publique du Canada

Type : Publication

Date publiée : Novembre 2008

Table des matières

 

Préparées par le groupe de travail pour la formation des professionnels du Comité canadien d'immunisation

Aprouvé par le Groupe d'experts en contrôle des maladies transmissibles et le Réseau pancanadian de santé publique

Publié par l'Agence de la santé publique du Canada Centre de l'immunisation et des maladies respiratoires infectieuses Novembre 2008

Remerciements

Les membres suivants du groupe de travail pour la formation des professionnels ont contribué au développement du manuel Compétences en immunisation à l'intention des professionnels de la santé :

Mme Mary Appleton
Coalition canadienne pour la sensibilisation et la promotion de la vaccination
Mme Lyne Cantin
Agence de la santé publique du Canada
Mme Gina Dumaresq
Santé Canada
Dr Bernard Duval
Institut national de la santé publique du Québec
Mme Céline Farley
Institut national de la santé publique du Québec
Dr Ian Gemmill
Centre de santé Kingston, Frontenac et Lennox et Addington
Dre Danielle Grenier
Société canadienne de pédiatrie
Mme Pat Griffin
Association canadienne des écoles de sciences infirmières
Mme Beth Halperin
Université Dalhousie
Mme Alexandra Henteleff
Manitoba Health
Mme Joan Johnston
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Dre Barbara Law
Agence de la santé publique du Canada
Mme Joy Loewen
Capital Health - Région d'Edmonton
Dre Fawziah Marra
Association des pharmaciens du Canada
Mme Suzanne Mayotte
Agence de la santé publique du Canada
Dre Carol McConnery
Collège des médecins de famille du Canada
Dre Shelly McNeil
Capital Health - Nouvelle-Écosse
Mme Jackie Millette
Société canadienne de pédiatrie
Mme Louise Pagé
Agence de la santé publique du Canada
M. Jim Parker
Université du Manitoba
Dre Geneviève Petit
Direction de santé publique et de l'évaluation de l'Estrie
Mme Karen Pielak
BC Centre for Disease Control
Mme Susan Ross
Santé Canada
Mme Bonnie Rushowick
Santé Canada - Région de Saskatchewan
Mme Lynette Leeseberg Stamler
Association canadienne des écoles de sciences infirmières
Dre Ruta Valaitis
Association canadienne des écoles de sciences infirmières

Pour la réalisation du document Compétences en immunisation à l'intention des professionnels de la santé, le comité a utilisé comme point de départ un document préparé par le Health Protection Agency du Royaume-Uni intitulé Core Curriculum for Immunisation Training et l'a adapté au contexte Canadien.

Les niveaux de compétence (avisé, averti, expert) utilisés pour l'élaboration de l'Outil de nivellement des Compétences en immunisation a été adapté à partir d'un document préparé par le Northwest Center for Public Health Practice, University of Washington School of Public Health and Community Medicine intitulé Informatics Competencies for Public Health Professionals.

Préambule

Les compétences qui forment le manuel Compétences en immunisation à l'intention des professionnels de la santé ont été élaborées afin de favoriser la mise en œuvre des lignes directrices nationales relatives à l'immunisation éditées dans le Guide canadien d'immunisation. Elles visent à appuyer une pratique efficace et sécuritaire et à assurer des taux de vaccination élevés permettant d'atteindre et de maintenir le niveau le plus élevé possible de protection collective contre les maladies évitables par la vaccination.

Les compétences portent sur l'ensemble des connaissances; des fondements scientifiques et des pratiques essentielles relatives à l'immunisation aux enjeux contextuels de l'immunisation. Chaque compétence réfère à un domaine de connaissances et est accompagnée d'objectifs directeurs devant guider l'apprentissage.

Ce manuel n'impose pas la façon d'enseigner ou d'évaluer les professionnels de la santé. Il met plutôt l'emphase sur les aspects associés à une immunisation efficace qui sont les mêmes pour les divers professionnels de la santé. Les compétences présentent les sujets essentiels qui peuvent être intégrés ou adaptés à toutes les activités de formation et d'évaluation. À ce titre, le recours aux compétences offre la possibilité de structurer et d'adapter les programmes de formation aux besoins des professionnels de la santé selon leur niveau d'expérience, leur cadre de pratique et leur degré d'implication en immunisation.

Les compétences peuvent être utilisées par :

  • Les établissements d'enseignement et les fournisseurs d'activités de formation continue afin de guider les évaluations de besoins de formation ou de perfectionnement, d'évaluer les programmes de formation existants et d'ajouter les Compétences en immunisation aux programmes du baccalauréat et de formation continue.
  • Les coordonnateurs et les gestionnaires de programmes d'immunisation afin d'initier des normes de pratique et des critères d'évaluation du rendement des employés.
  • Les professionnels de la santé de première ligne afin de planifier la formation selon leurs besoins et choisir des occasions d'apprentissage qui se rapportent aux Compétences en immunisation.
  • Les enseignants ou les formateurs pour l'évaluation et l'adaptation des ressources éducatives existantes afin d'appuyer les Compétence en immunisation.

La formation des professionnels est l'une des initiatives entreprises par l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) pour soutenir la mise en œuvre de la Stratégie nationale d'immunisation (SNI) lancée en 2003. En 2005, l'ASPC a créé le Groupe de travail pour la formation des professionnels (GTFP) composé de membres représentant les professionnels de la santé de première ligne, les planificateurs de programmes d'immunisation, les associations professionnelles et les universités à travers le Canada. Le GTFP est un sous groupe du Comité canadien d'immunisation, un groupe fédéral, provincial et territorial composé de responsables de la santé publique qui assume un leadership en matière d'immunisation. Il doit émettre des avis et formuler des recommandations à l'ASPC à l'égard de la mise en œuvre de la SNI et des problématiques ayant une incidence sur l'immunisation au Canada.

Quant au GTFP, il est chargé de formuler des recommandations concernant l'élaboration de stratégies de formation et les opportunités d'apprentissage s'adressant aux professionnels de la santé qui travaillent dans le domaine de l'immunisation. L'élaboration des Compétences en immunisation a été réalisée en collaboration avec les planificateurs de programmes d'immunisation issus des juridictions fédérale, provinciales et territoriales, les comités consultatifs d'experts en immunisation, les formateurs des professionnels de la santé, les organismes de réglementation professionnelle et les associations professionnelles, les organismes d'accréditation en matière de formation en santé, les organismes de réglementation pour les vaccins et les fabricants de vaccins (Appendice A).

Dans le cadre de son rôle de soutien, l'ASPC collabore à l'élaboration d'activités et de ressources éducatives visant à faciliter l'acquisition et le maintien des compétences en immunisation par les professionnels de la santé. L'ASPC, encourage les autorités provinciales et territoriales, les établissements d'enseignement, les associations de professionnels de la santé et autres partenaires à ajouter et utiliser les Compétences en immunisation dans leurs activités respectives. Le résultat final souhaité de ce processus est de rendre disponible un large éventail de ressources éducatives en matière d'immunisation permettant de soutenir une diversité de professionnels de la santé.

L'appendice C comprend un outil de nivellement qui permettra d'identifier les niveaux de maîtrise en se basant sur les responsabilités spécifiques et les exigences du rendement d'un groupe donné de professionnels de la santé dans un milieu donné.

Le contexte canadien

Approbation de vaccins - Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques de Santé Canada

Tous les vaccins dont la vente est autorisée au Canada sont évalués et approuvés par la Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques (DPBTG) de Santé Canada. Comme tout autre médicament, un vaccin doit faire l'objet d'examens et d'essais rigoureux avant d'être approuvé aux fins d'utilisation. Santé Canada supervise également tous les aspects de la production de vaccins afin de veiller à leur innocuité, à leur stérilité et à leur qualité.

Avant qu'un nouveau vaccin puisse être présenté à Santé Canada pour approbation, son fabricant doit recueillir suffisamment de données scientifiques provenant d'études humaines précliniques et cliniques (généralement menées sur plusieurs années) qui montrent que le vaccin en question est sécuritaire, efficace et de haute qualité, et qu'il entraîne la réponse immunitaire escomptée. Le fabricant doit ensuite inclure ces données, en plus de l'information sur la conception et la fabrication du vaccin ainsi que les essais de routine auxquels il sera soumis, dans une Présentation de drogue nouvelle faite auprès de la DPBTG.

Pour qu'un vaccin soit approuvé, les membres de la DPBTG effectuent l'inspection et l'évaluation des lieux chez le fabricant afin de déterminer la qualité du processus de fabrication et de s'assurer que le fabricant effectue des contrôles de la qualité obligatoires et adopte les bonnes pratiques de fabrication reconnues à l'échelle internationale. Le fabricant doit également fournir au moins trois « lots » du vaccin à la DPBTG aux fins d'essais en laboratoire. La DPBTG n'approuve un vaccin que si son innocuité, son efficacité et sa qualité ont été démontrées à fond, et que les bienfaits du vaccin dépassent nettement les risques de son utilisation. Si les exigences susmentionnées sont satisfaites à la suite de l'examen de la Présentation de drogue nouvelle, de l'évaluation des lieux et des essais indépendants effectués en laboratoire sur les échantillons, le vaccin reçoit un numéro d'identification du médicament et un avis de conformité, ce qui indique que sa vente est approuvée au Canada.

Même après qu'il a été approuvé, un vaccin vendu au Canada continue de faire l'objet d'évaluations. Le fabricant doit communiquer les résultats d'essais effectués sur chaque lot du vaccin vendu au Canada et remettre à la DPBTG les échantillons des lots aux fins d'évaluation indépendante. Pour pouvoir vendre les nouveaux lots du vaccin, le fabricant doit garantir que chaque nouveau lot renferme les mêmes caractéristiques spécifiques que ceux ayant fait l'objet d'essais avant l'obtention de l'autorisation. Cela permet aux experts de déterminer avec suffisamment de certitude que les nouveaux lots sont aussi sécuritaires et efficaces que les lots précédents. Si un lot satisfait à toutes les spécifications nécessaires, une lettre officielle qui approuve la vente du lot au Canada est diffusée.

Utilisation optimale - Comité consultatif national de l'immunisation

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) est un comité indépendant constitué d'experts reconnus (dans les domaines de la pédiatrie, des maladies infectieuses, de l'immunologie, de la microbiologie médicale, de la médecine interne et de la santé publique) qui fournit à l'Agence de la santé publique du Canada des conseils d'expert sur les vaccins. Suite à l'autorisation de vente d'un vaccin au Canada par Santé Canada, le CCNI évalue toute information scientifique sur ce vaccin, puis formule des recommandations quant à la façon optimale de l'utiliser. Pour obtenir des renseignements sur la liste d'agents immunisants et les entreprises qui sont autorisées à les vendre au Canada, veuillez consulter le Guide canadien d'immunisation.

Programmes d'immunisation - Provinces et territoires

Au Canada, les provinces et les territoires sont responsables de l'élaboration de programmes d'immunisation financés par l'État, y compris l'achat de vaccins. Le ministère de la Santé de chaque province ou territoire suit les recommandations du CCNI pour mettre sur pied son propre programme et établir des calendriers de vaccination pour enfants et adultes. Alors que ce sont les provinces et les territoires qui décident quels vaccins se procurer, la plupart des vaccins employés dans le cadre de programmes d'immunisation canadiens financés par l'État sont obtenus grâce à un programme d'achat en vrac coordonné par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Dans certains cas, les provinces peuvent acheter elles-mêmes des vaccins. Tout achat de vaccin doit être effectué à l'aide d'un processus ouvert, juste et transparent, et respecter les obligations du Canada en vertu des accorts commerciaux nationaux et internationaux applicables. Le processus d'achat de vaccins vise à garantir que l'on examine de façon égale tous les vaccins admissibles ayant satisfait aux exigences rigoureuses liées à l'approbation de leur vente au Canada.

Surveillance post-commercialisation - Agence de la santé publique du Canada (ASPC)

L'approbation de tout vaccin pour la vente au Canada est suivie de surveillances post commercialisation - certaines obligatoires, d'autres volontaires - ainsi que de déclarations d'effets indésirables. Les fabricants ont l'obligation légale de déclarer les effets indésirables graves de la vaccination dans les 15 jours qui suivent le signalement d'un tel incident. Les médecins et infirmières en santé publique ainsi que d'autres professionnels de la santé au Canada déclarent également ces incidents au Centre de l'immunisation et des maladies respiratoires infectieuses (CIMRI) de l'ASPC. Après l'élimination de tout renseignement personnel, l'information sur les incidents déclarés à l'échelle provinciale ou territoriale est ensuite communiquée au Système canadien de surveillance des effets secondaires suivant l'immunisation. Certains incidents sérieux, surtout ceux survenant chez les enfants, sont également déclarés par le Programme canadien de surveillance active de l'immunisation (IMPACT). IMPACT est géré par la Société canadienne de pédiatrie, à l'aide de financement du Centre de l'immunisation et des maladies respiratoires infectieuses de l'ASPC.

Ce système de surveillance national de l'innocuité des vaccins a pour but d'examiner tous les vaccins administrés au Canada et de détecter le plus vite possible toute source d'inquiétude en matière de sécurité. Si des effets indésirables inattendus ou plus intenses surviennent à la suite de vaccinations, la DPBTG et la CIMRI décideront du meilleur plan d'action pour la résolution de ces situations.

Pratique appliquée avec efficacité et compétence - Stratégie nationale d'immunisation

L'élaboration de la Stratégie nationale d'immunisation (SNI) a d'abord été sanctionnée par les sous ministres de la Santé des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux en juin 1999, sous la direction du Comité consultatif sur la santé de la population. En 2002, les sous ministres étaient d'accord en principe sur l'idée d'établir une stratégie et ont appuyé le Stratégie nationale d'immunisation : Rapport final en juin 2003.

La SNI insiste sur la nécessité de collaboration et de partenariats continus avec les partenaires FPT et les autres intervenants pour renforcer l'efficacité et l'efficience des programmes d'immunisation au Canada. De plus, l'une des activités clés du SNI est l'élaboration d'un volet de perfectionnement professionnel à l'échelle nationale pour favoriser l'atteinte et le maintien d'une pratique appliquée avec efficacité et compétence en vue de mieux protéger les Canadiens contre les maladies évitables par la vaccination.

Application des sciences biomédicales fondamentales à l'immunisation

1. Système immunitaire et vaccination

Compétence : Explique l'action d'un vaccin en se référant aux connaissances de base relatives au système immunitaire.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Comparer et distinguer l'immunité innée et l'immunité adaptative.
  2. Différencier la réponse immunitaire primaire de la réponse immunitaire secondaire (ou anamnestique) suite à l'administration d'un vaccin.
  3. Différencier l'immunité passive de l'immunité active.
  4. Expliquer pourquoi certains vaccins induisent une réponse anamnestique, et d'autres pas.
  5. Nommer quelques facteurs liés à l'hôte et à l'agent immunisant, qui influent sur la réponse immunitaire aux vaccins.
  6. Expliquer comment les calendriers d'immunisation prennent compte des éléments affectant la réponse immunitaire aux vaccins.
  7. Répondre à l'argument voulant que l'administration d'un grand nombre de vaccins ait pour effet de surcharger le système immunitaire.
  8. Discuter des avantages et des inconvénients de l'immunité provoquée par la vaccination comparativement à ceux de l'immunité consécutive à une infection de type sauvage.

Mots clés : Anticorps, antigène, immunité active, immunité à médiation cellulaire (IMC), immunité de groupe ou collective, immunité humorale, immunité passive, injection de rappel, lymphocyte B (cellule B), lymphocyte T (cellule T), réponse immunitaire primaire, réponse immunitaire secondaire, taux de protection.

Contenu de formation suggéré

  • Antigènes et anticorps
  • Immunité cellulaire et immunité humorale
  • Immunité active et immunité passive
  • Réponses immunitaires primaire et secondaire
  • Facteurs ayant une incidence sur l'immunité ainsi que sur la réponse immunitaire aux vaccins

2. Maladies évitables par la vaccination

Compétence : Dans le contexte de la pratique, démontre une compréhension des évidences et des avantages justifiant le recours à la vaccination.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Décrire les principales manifestations cliniques, incluant les complications aiguës et à long terme, de chaque maladie évitable par la vaccination.
  2. Décrire les principales caractéristiques épidémiologiques de chaque maladie évitable par la vaccination.
  3. Décrire l'historique de l'impact de l'immunisation sur l'épidémiologie des maladies évitables par la vaccination.
  4. Formuler une réponse à la question « Pourquoi devrais-je être vacciné, puisque les maladies évitables par la vaccination sont si rares au Canada? » pour chaque vaccin administré dans le contexte de la pratique.
  5. Expliquer l'importance de diagnostiquer avec exactitude les maladies évitables par la vaccination.

Mots clés : Communicabilité, complications, contagiosité, endémique, épidémiologie, épidémique, infection importée, infection survenue naturellement, maladie évitable par la vaccination (MEV), manifestations cliniques, pandémique, période d'incubation, portage, réservoir, sérogroupes, sérotypes, transmissibilité.

Contenu de formation suggéré

  • Épidémiologie, signes et symptômes et mode de transmission de chaque maladie
  • Complications/séquelles à long terme potentielles des maladies évitables par la vaccination (nature et taux de chacune d'entre elles)
  • Conséquences, par le passé, des programmes d'immunisation et de l'abandon prématuré de ces programmes, incluant la diminution de la couverture
  • Notions de contrôle, d'élimination et d'éradication des maladies évitables par la vaccination

3. Développement et évaluation des vaccins

Compétence : Intègre dans sa pratique les connaissances concernant les principaux stades du développement et de l'évaluation des vaccins.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Décrire, de façon générale, le processus conduisant à l'obtention d'une autorisation de mise en marché de vaccins au Canada.
  2. Préciser les types d'informations générées grâce aux activités de surveillance et aux études post commercialisation des vaccins.
  3. Définir, de façon générale, les rôles et les principales responsabilités de chaque acteur impliqué en matière d'évaluation post commercialisation de l'innocuité et de l'efficacité des vaccins :
    • Fabricants de vaccins
    • Organisme canadien de réglementation (Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques).
    • Agence de la santé publique du Canada.
    • Ministères de la Santé provinciaux et territoriaux.
    • Vaccinateurs.
    • Professionnels de la santé ne pouvant administrer de vaccins.
    • Vaccinés ou parents/personnes qui en ont soin.

Mots clés : Efficacité potentielle, efficacité réelle, immunogénicité, monographie du produit, notice d'accompagnement, post-commercialisation, réactogénicité, surveillance.

Contenu de formation suggéré

  • Étapes des essais effectués sur les vaccins avant et après leur homologation
  • Étapes du processus d'obtention d'une autorisation de vente au Canada pour les vaccins
  • Pharmacovigilance et innocuité de l'immunisation
  • Rôle de la surveillance lors de la conception et du contrôle des programmes d'immunisation

4. Types d'agents immunisants et leur composition

Compétence : Applique les connaissances relatives aux constituants et aux propriétés des agents immunisants nécessaires à une pratique sécuritaire et efficace.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Classer chaque agent immunisant utilisé dans sa pratique, selon qu'il s'agit d'un vaccin vivant atténué, d'un vaccin inactivé ou d'un vaccin sous-unitaire.
  2. Démontrer une habileté à expliquer ce qu'est un agent immunisant vivant atténué, inactivé ou sous unitaire à un auditoire ayant peu ou pas de connaissances scientifiques.
  3. Comparer les principaux avantages et inconvénients des agents immunisants vivants atténués à ceux des agents immunisants inactivés et sous-unitaires.
  4. Identifier les principales différences entre la réponse immunitaire aux vaccins polysaccharidiques purifiés et la réponse immunitaire aux vaccins conjugués (protéine-polysaccharide).
  5. Décrire, de façon générale, l'utilité, l'action et les problèmes potentiels de chacun des constituants suivants susceptibles d'être présent dans un produit vaccinal donné: adjuvant, agent de conservation, additifs, fiole de verre, bouchon, et seringues préremplies.
  6. Identifier et utiliser les ressources documentaires existantes sur les types d'agents immunisants utilisés dans sa pratique et sur leurs constituants.

Mots clés : Additif, adjuvant, agent de conservation, agent d'immunisation active, agent d'immunisation passive, allergènes, anatoxine, conjugué protéique, polysaccharide, protéine purifiée, vaccin combiné, vaccin inactivé, vaccin sous unitaire, et vaccin vivant atténué.

Contenu de formation suggéré

  • Immunoglobulines, vaccins vivants et inactivés, vaccins polysaccharidiques et conjugués et vaccins combinés
  • Composition d'un vaccin, utilisation d'adjuvants ou d'autres additifs
  • Efficacité, réactogénicité et compatibilité

5. Santé de la population

Compétence : Applique les principes pertinents de la santé de la population afin d'améliorer les taux de couverture vaccinale.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Présenter des exemples précis pour expliquer en quoi l'immunisation est une stratégie de la santé à l'échelle de la population.
  2. Définir le concept d'immunité de groupe (aussi appelé immunité collective) dans des termes vulgarisés.
  3. Expliquer, à l'aide d'exemples, pourquoi les maladies évitables par la vaccination connaissent une recrudescence lorsque la couverture vaccinale décroit.
  4. Expliquer comment les registres d'immunisation peuvent être profitables, tant sur le plan individuel qu'à l'échelle de la population.
  5. Faire valoir l'importance de disposer d'un effectif de professionnels de la santé fortement immunisés.
  6. Référer au modèle de planification en promotion de la santé pour définir les barrières (facteurs économiques, éducatifs et sociaux, et facteurs liés à l'organisation du système) à l'immunisation.
  7. Utiliser des stratégies de promotion de la santé pour améliorer les taux de couverture vaccinale.

Mots clés : Aide-mémoire, couverture, déterminants de la santé, efficacité potentielle, efficacité réelle, endémique, épidémique, immunité collective, immunité de groupe, incidence, mode de transmission, morbidité, mortalité, pandémique, prévalence de la santé de la population, prévention et promotion de la santé, prévention primaire, rappel, sporadique, triangle épidémiologique.

Contenu de formation suggéré

  • Notion d'immunité collective et effet de la vaccination sur l'ensemble de la communauté
  • Façon dont l'immunité collective protège les individus
  • Détermination des obstacles pouvant entraver la participation à la vaccination
  • Élaboration de stratégies visant à surmonter les obstacles et à améliorer les services d'immunisation
  • Prise en compte des facteurs liés au milieu tels que l'environnement clinique, le moment et la durée des rendez-vous et l'attitude du personnel à l'égard de l'immunisation

Pratiques essentielles en matière d'immunisation

6. Communication

Compétence : Communique efficacement en matière d'immunisation, selon les besoins de la pratique.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Nommer les éléments du processus décisionnel fondé sur des faits probants.
  2. Expliquer l'importance de la perception du risque pour la prise de décision en matière d'immunisation.
  3. Évaluer les connaissances, l'attitude et les croyances du client à l'égard de l'immunisation et prendre des mesures appropriées à cet égard.
  4. Communiquer des messages clairs et concis concernant les risques associés aux maladies évitables par la vaccination ainsi que sur les avantages et les risques liés aux vaccins.
  5. Fournir aux patients des ressources et des renseignements pertinents fondés sur des faits probants en ce qui concerne l'immunisation et les vaccins.
  6. Conseiller les clients de manière à ce qu'ils puissent reconnaître les sources crédibles d'information sur l'immunisation et les vaccins.
  7. Utiliser, selon le contexte de la pratique, des stratégies faisant appel aux médias de masse pour informer le grand public.

Mots clés : Communication des risques, perception du risque, prise de décision éclairée, prise de décision fondée sur des faits probants, sources crédibles.

Contenu de formation suggéré

  • Questions ayant une incidence sur la prise de décisions relatives à la vaccination par les parents ou les fournisseurs de soins
  • Réponse aux questions fréquentes et aux idées fausses
  • Sources locales et nationales d'information supplémentaire et de conseils pour les parents
  • Importance de la perception du risque dans la prise de décisions relatives à l'immunisation
  • Principes de base de la communication des risques
  • Effet des reportages médiatiques sur l'opinion des parents et sur leur adhésion à la vaccination

7. Entreposage et manipulation des agents immunisants

Compétence : Applique les lignes directrices canadiennes relatives à l'entreposage, à la manipulation et au transport des vaccins.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Déclarer où accéder aux lignes directrices nationales les plus récentes traitant de l'entreposage, de la manipulation et du transport des vaccins.
  2. Décrire les exigences des lignes directrices nationales relatives à l'entreposage, à la manipulation et au transport des vaccins, ainsi que leur importance pour assurer l'activité et l'efficacité maximales de chaque vaccin.
  3. Nommer les principales étapes du maintien de la chaîne du froid dans le cadre de la pratique.
  4. Expliquer les mesures à prendre pour signaler et gérer les ruptures de la chaîne du froid ou d'autres événements compromettant l'intégrité des vaccins.

Mots clés : Activité, Lignes directrices nationales sur l'entreposage et la manipulation des vaccins pour les vaccinateurs, rotation des stocks, thermomètres minima-maxima.

Contenu de formation suggéré

  • Effets de la température sur l'activité et l'efficacité des vaccins, ainsi que sur la survenue d'effets indésirables
  • Surveillance quotidienne et registres des températures
  • Utilisation appropriée du réfrigérateur de vaccins désigné, qui a été conçu à cette fin
  • Importance de vérifier régulièrement la date de péremption des vaccins
  • Commande d'un stock approprié de vaccins
  • Gestion des défaillances dans la chaîne du froid
  • Élimination des vaccins endommagés par la chaleur ou le froid
  • Surveillance et maintien de la chaîne du froid lors du transport des vaccins
  • Maintien de la chaîne du froid durant une séance clinique
  • Responsabilité de s'assurer que tous les vaccins administrés ont été entreposés correctement
  • Importance des protocoles/procédures de fonctionnement normalisé dans chaque milieu de pratique
  • Respect des Lignes directrices nationales sur l'entreposage et la manipulation des vaccins pour les vaccinateurs

8. Administration d'agents immunisants

Compétence : Prépare et administre correctement les agents immunisants.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Préparer une liste de vérification pour l'évaluation des patients avant l'immunisation, qui comprendra les précautions à prendre, les contre-indications et les indications justifiant le report de la vaccination.
  2. S'assurer que les sept « règles » de l'immunisation (« 7 Rights ») sont respectées: bon médicament, bon client, bonne dose, bon moment, bonne voie d'administration, bonne raison et bons renseignements.
  3. Expliquer les étapes de la préparation des vaccins, dont la reconstitution (le cas échéant), l'administration et l'élimination.
  4. Nommer les ressources utilisées pour guider le processus d'administration des vaccins et la prise de décision à ce sujet.
  5. Présenter, sous forme de tableau, le vaccin, l'âge, la dose, la voie d'administration, le point d'injection, les contre indications et les précautions à prendre ainsi que les effets secondaires de chaque vaccin utilisé dans la pratique.
  6. Indiquer les points d'injection appropriés selon l'âge et le bon positionnement du patient pour la vaccination.
  7. Choisir adéquatement la longueur et le calibre de l'aiguille selon l'âge et la taille du patient.
  8. Décrire les mesures prises pour accroître la sécurité au cours des séances de vaccination en ce qui concerne le professionnel de la santé, le vacciné et l'environnement.
  9. Montrer la bonne technique de vaccination.
  10. Décrire les techniques utilisées pour réduire la douleur associée à la vaccination.

Mots clés : Blessure accidentelle par piqûre d'aiguille, calendriers d'immunisation (report, interruption, etc.), contre-indications, date de péremption, dispositifs d'injection de conception sécuritaire, erreur de médicament, erreur d'injection, Guide canadien d'immunisation (GCI), intervalles minimums entre les vaccins, longueur et calibre de l'aiguille, point d'injection, pratiques courantes, précautions, reconstitution, rotation des stocks, stock périmé, technique aseptique, voie d'administration (intramusculaire, sous-cutanée, intradermique, nasale, orale).

Contenu de formation suggéré

  • Évaluation de la santé en vue de la vaccination et détermination des véritables contre-indications à la vaccination
  • Voie d'administration, calibre de l'aiguille et point d'injection pour l'administration du vaccin selon les recherches, les recommandations actuelles et les effets sur l'efficacité et sur les réactions localisées
  • Posologie et reconstitution de chaque vaccin
  • Préparation et élimination du matériel de vaccination

9. Effets secondaires suivant l'immunisation

Compétence : Dans le contexte de la pratique, anticipe, reconnaît et prend en charge les effets secondaires suivant l'immunisation.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Utiliser des ressources fiables fondées sur des faits probants pour faire état du nombre d'effets secondaires fréquents, occasionnels et rares associés aux vaccins.
  2. Informer les vaccinés et les personnes qui en ont la charge des manifestations postvaccinales auxquelles ils peuvent s'attendre et des mesures à prendre à l'égard des effets secondaires.
  3. Rédiger, de façon détaillée, étape par étape, une intervention efficace en cas de réaction anaphylactique.
  4. Noter sur le formulaire approprié les effets secondaires postvaccinaux survenus et transmettre ce dernier aux organismes concernés.
  5. Faire la différence entre le signalement d'un effet secondaire suite à l'immunisation et l'établissement du fait que le vaccin est le facteur causal.

Mots clés : Abcès, anaphylaxie, causalité, cellulite, crise d'anxiété, encéphalite, encéphalopathie, épisode d'hypotonie-hyporéactivité, événement indésirable suivant l'immunisation, événement indésirable grave, induration, nodule au point d'injection, réaction au point d'injection, réaction indésirable à un vaccin, réaction locale, surveillance active, surveillance passive, surveillance syndromique, syndrome de Guillain-Barré, syndrome oculo-respiratoire.

Contenu de formation suggéré

  • Physiologie de l'anaphylaxie et des réactions allergiques
  • Causes potentielles de l'anaphylaxie et moyens d'atténuer les risques
  • Signes et symptômes de l'anaphylaxie et de l'évanouissement, et différences entre les deux
  • Traitement de l'anaphylaxie, matériel requis, doses d'adrénaline et sites d'administration
  • Définition et type d'effets indésirables
  • Où et comment signaler les effets indésirables consécutifs à l'immunisation - Système canadien de surveillance des effets secondaires suivant l'immunisation
  • Consignation des effets indésirables consécutifs à l'immunisation - utiliser le Formulaire de rapport des effets secondaires suivant l'immunisation

10. Consignation de l'information

Compétence : Consigne l'information relative à chaque vaccination, conformément aux lignes directrices nationales relatives à l'immunisation et aux directives provinciales et territoriales concernant l'information sur la santé.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Expliquer le rôle et l'importance des dossiers d'immunisation.
  2. Préciser l'information devant figurer dans le dossier d'immunisation.
  3. Enregistrer, de façon précise et exhaustive, chaque rendez-vous de vaccination, en utilisant les outils appropriés.
  4. Faciliter le transfert de l'information du dossier d'immunisation aux autres dispensateurs de soins ou aux organismes concernés, conformément aux exigences.
  5. Noter les raisons et les actions de suivi à prévoir lorsqu'une immunisation planifiée n'est pas administrée.

Mots clés : Codes à barres, couverture vaccinale, dossier d'immunisation à emporter à domicile, dossier d'immunisation des professionnels, numéro de lot, registre d'immunisation.

Contenu de formation suggéré

  • Exigences et importance de l'exactitude de l'information consignée
  • Comment et pourquoi la vaccination doit être consignée et signalée
  • Politique relative au signalement et à la consignation des erreurs associées à la vaccination
  • Importance d'inscrire les numéros de lots et raisons de le faire

11. Populations nécessitant une attention spéciale

Compétence : Reconnaît et répond aux besoins particuliers de certains groupes de population en matière d'immunisation.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Décrire les besoins particuliers de certains groupes de population en matière d'immunisation, dans le contexte de pratique, notamment :
    • Les personnes n'ayant pas suivi le calendrier prévu pour les vaccins recommandés.
    • Les personnes qui ont déjà été victimes d'un effet secondaire grave associé à un vaccin.
    • Les personnes présentant certains problèmes médicaux ou états particuliers, entre autres les greffés.
    • Les femmes enceintes.
    • Les femmes qui allaitent.
    • Les groupes professionnels à risque.
    • Les voyageurs.
    • Les néo Canadiens.
    • Les étudiants étrangers.
    • Les personnes qui, en raison de leur comportement, risquent de contracter des maladies évitables par la vaccination.
    • Les personnes « difficiles à rejoindre ».
    • Les populations exposées à une éclosion.
  2. Consulter lorsque requis les ressources et les professionnels spécialisés afin de répondre adéquatement aux besoins en matière d'immunisation de certaines populations.

Mots clés : Comportements à risque, condition médicale et grossesse, étudiants étrangers, groupes professionnels à risque, néo-canadiens, personnes/populations/groupes « difficiles à joindre », populations spéciales, voyageurs.

Contenu de formation suggéré

  • Établissement de calendriers pour les personnes dont le statut vaccinal est incertain ou incomplet, comportant le nombre minimal de visites
  • Directives nationales et provinciales portant sur l'immunisation des voyageurs
  • Conseils d'experts pouvant être consultés au sujet de l'immunisation des voyageurs et recommandations
  • Politique de Citoyenneté et Immigration Canada - fait la distinction entre les nouveaux arrivants qui ont été vaccinés avant leur arrivée et ceux qui ne le sont pas

Contexte entourant l'immunisation

12. Système canadien d'immunisation

Compétence : Démontre une bonne compréhension du système canadien d'immunisation et de ses répercussions sur sa pratique.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Décrire comment la Stratégie nationale d'immunisation (SNI) s'applique à sa pratique.
  2. Distinguer les responsabilités fédérales et les responsabilités provinciales/ territoriales à l'égard des programmes d'immunisation au Canada.
  3. Préciser les personnes pouvant administrer les vaccins au Canada.
  4. Décrire l'état actuel des registres d'immunisation de sa province ou de son territoire.
  5. Décrire le processus conduisant à l'introduction, dans une province ou un territoire, d'un nouveau vaccin subventionné par l'État.
  6. Expliquer pourquoi les calendriers de vaccination varient selon les provinces et les territoires.
  7. Identifier le calendrier d'immunisation actuel de sa province ou de son territoire.
  8. Nommer les lois et les règlements pouvant avoir une incidence sur les programmes d'immunisation dans les provinces et les territoires.

Mots clés : Calendrier d'immunisation, Guide canadien d'immunisation (GCI).

Contenu de formation suggéré

  • Objectifs de la SNI
  • Façon dont le nombre, le moment et l'espacement des doses sont établis
  • Rôle du Comité consultatif national de l'immunisation et façon dont les recommandations relatives à la vaccination sont établies
  • Recommandations publiées actuellement dans le GCI
  • Rôle et responsabilités des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux relativement aux programmes d'immunisation subventionnés par l'État et à l'achat de vaccins
  • Ressources provinciales pouvant être consultées relativement à l'immunisation

13. Enjeux entourant l'immunisation

Compétence : Aborde les enjeux entourant l'immunisation en ayant recours à une approche fondée sur des faits probants.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Décrire les facteurs qui alimentent le scepticisme à l'égard de l'immunisation, aussi bien chez les professionnels de la santé qu'au sein de la population en général.
  2. Expliquer les répercussions, engendrées par les fausses perceptions relatives aux agents immunisants, sur les programmes d'immunisation et sur la population.
  3. Réfuter les fausses perceptions relatives aux agents immunisants en ayant recours à une approche fondée sur des faits probants.
  4. Identifier des sources d'information de faits probants concernant les enjeux actuels entourant l'immunisation.
  5. Utiliser des connaissances fondées sur des faits probants pour élaborer des messages clés clairs et concis concernant les avantages et les risques réels de l'immunisation.

Mots clés : Calendrier d'immunisation, Guide canadien d'immunisation (GCI).

Contenu de formation suggéré

  • Importance de se tenir à jour
  • Messages opposés à l'immunisation dans les médias sociaux
  • Injections multiples
  • Thimérosal
  • Où et comment trouver de l'information (sources locales et nationales de conseils) et évaluation de la fiabilité des sources
  • Représentation des vaccins dans les médias
  • Importance cruciale de la confiance des professionnels à l'endroit de l'immunisation

14. Aspects légaux et éthiques de l'immunisation

Compétence : Respecte, dans tous les aspects de la pratique, les normes juridiques et éthiques liées à l'immunisation.

Objectifs d'apprentissage

À la fin de ce chapitre, le professionnel de la santé pourra :

  1. Débattre de l'incidence des principes éthiques fondamentaux, dont les droits individuels, la confidentialité, la vie privée, le consentement et le refus éclairés.
  2. Décrire les exigences légales concernant la documentation, la tenue des dossiers et de déclaration en matière d'immunisation.
  3. Décrire les exigences légales de la province ou du territoire d'exercice ayant trait au statut vaccinal et à l'exclusion des services de garde, des écoles, des lieux de travail ou d'autres milieux.
  4. Définir son propre cadre de pratique professionnelle en matière d'immunisation (province/territoire, organisation, contexte de la pratique, établissements, etc.).
  5. Discuter des enjeux éthiques soulevés par :
    • la vaccination obligatoire par opposition à la vaccination volontaire
    • la vaccination ciblée par opposition à la vaccination universelle.
  6. Discuter de la responsabilité des professionnels de la santé d'informer les patients de la disponibilité de tous les vaccins recommandés, qu'ils soient ou non subventionnés par l'État.
  7. Décrire le problème éthique auquel est confronté un professionnel de la santé dont les croyances personnelles sont en conflit avec les recommandations en matière d'immunisation fondées sur des données scientifiques.

Mots clés : Assentiment, avantage, conflit d'intérêt (réel et perçu), consentement éclairé pour le registre, consentement éclairé pour l'immunisation, divulgation, dommage, médicolégal, préjudices, risques, vaccination ciblée, vaccination obligatoire, vaccination universelle, vaccination volontaire.

Contenu de formation suggéré

  • Exigences légales actuelles en matière de consentement éclairé
  • Protection des données
  • Consignation de l'information
  • Responsabilité professionnelle

Acronymes

 

ACESI
Association canadienne des écoles de sciences infirmières
ACSP
Association canadienne de santé publique
AFMC
Association des facultés de médecine du Canada
AFPC
Association des facultés de pharmacie du Canada
AMC
Association médicale canadienne
AIIC
Association des infirmières et infirmiers du Canada
APhC
Association des pharmaciens du Canada
ASPC
Agence de la santé publique du Canada
CAIRE
Association canadienne pour la recherche et l'évaluation en immunisation
CHNA
Community Health Nurses of Alberta
CCI
Comité canadien d'immunisation
CCNI
Comité consultatif national de l'immunisation
CCSPV
Coalition canadienne pour la sensibilisation et la promotion de la vaccination
CIMRI
Centre de l'immunisation et des maladies respiratoires infectieuses
CIV
Comité sur l'industrie du vaccin
CMFC
Collège des médecins de famille du Canada
DGSPNI
Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits
DPBTG
Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques
FNSSC
Fédération nationale des sociétés de spécialistes du Canada
GCI
Guide canadien d'immunisation
GTFP
Groupe de travail pour la formation des professionnels
IMPACT
Programme canadien de surveillance active de l'immunisation
MPhA
Manitoba Pharmaceutical Association
OPA
Ontario Pharmacists' Association
SCP
Société canadienne de pédiatrie
SCSESSI
Système canadien de surveillance des effets secondaires suivant l'immunisation
SNI
Stratégie nationale d'immunisation
VON
Les infirmières de l'Ordre de Victoria du Canada

Ressources

Ressources canadiennes

Organisations canadiennes

Information provinciale et territoriale sur l'immunisation

Alberta

Colombie-Britannique

Manitoba

Nouveau-Brunswick

Terre-Neuve et Labrador

Territoires du Nord-Ouest

Nouvelle-Écosse

Ontario

Île du Prince Édouard

Québec

Saskatchewan

Yukon

Ressources internationale en ligne

Articles et livres

(disponible en anglais seulement)

  • Humiston S, Good C. 2000. Vaccinating your child: Questions and answers for the concerned parent. 2nd ed. Atlanta (GA): Peachtree Publishers Ltd. Disponible à : www.peachtree-online.com.
  • Marshall G (Ed.). 2003. The vaccine handbook: A practical guide for clinicians. Philadelphia (PA): Lippincott Williams & Wilkins.
  • Myers MG, Pineda D. 2008. Do vaccines cause that?! A guide for evaluating vaccine safety concerns. Gavelston (TX): Immunizations for Public Health. Disponible à : www.dovaccinescausethat.com
  • Offit PA. 2007. Vaccinated: One man's quest to defeat the world's deadliest diseases. New York (NY): Smithsonian Books.
  • Offit PA, Bell L. 2003. Vaccines: What you should know. 3rd ed. Hoboken (NJ): John Wiley & Sons, Inc.
  • Offit PA, Hackett CJ. 2003. Addressing parents' concerns: Do vaccines cause allergic or autoimmune diseases? Pediatrics. Mar;111(3):653-659. Disponible à : http://pediatrics.aappublications.org/content/vol111/issue3/index.shtml
  • Offit PA, Jew RK. 2003. Addressing parents' concerns: Do vaccines contain harmful preservatives, adjuvants, additives, or residuals? Pediatrics. Dec;112(6):1394-1397. Disponible à : http://pediatrics.aappublications.org/content/vol112/issue6/index.shtml
  • Offit PA, Quarles J, Gerber MA, Hackett CJ, Marcuse EK, Kollman TR, Gellin BG, Landry S. 2002. Addressing parents' concerns: Do multiple vaccines overwhelm or weaken the infant's immune system? Pediatrics. Jan;109(1):124-129. Disponible à : http://pediatrics.aappublications.org/content/vol109/issue1/index.shtml

Appendice A : Associations consultées

Nous tenons à remercier les associations suivantes pour leurs commentaires au cours du processus d'élaboration du manuel Compétences en immunisation à l'intention des professionnels de la santé.

Première vague de consultation

  • Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques (DPBTG)
  • Comité canadien d'immunisation
  • Programmes PT d'immunisations
  • Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits, Santé Canada
  • Comité consultatif national de l'immunisation
  • Société canadienne de pédiatrie - Comité des maladies infectieuses et de l'immunisation
  • Coalition canadienne des infirmières pour l'immunisation (CCII)
  • Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ)

Deuxième vague de consultation

  • Association canadienne de santé publique (ACSP)
  • Association canadienne des écoles de sciences infirmières (ACESI)
  • Association canadienne pour la recherche et l'évaluation en immunisation (CAIRE)
  • Association des facultés de médecine du Canada
  • Association des facultés de pharmacie du Canada
  • Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC)
  • Association des pharmaciens du Canada (APhC)
  • Association médicale canadienne (AMC)
  • Collège des médecins de famille du Canada (CMFC)
  • College of Nursing, University of Saskatchewan
  • College of Registered Nurses of Nova Scotia
  • Comité de BIOTECanada sur l'industrie des vaccins
  • Community Health Nurses of Alberta
  • Faculté de pharmacie, Université du Manitoba
  • Faculté des sciences pharmaceutiques, Université de la Colombie Britannique
  • Fédération Nationale des sociétés de spécialistes du Canada (FNSSC)
  • Les infirmières de l'Ordre de Victoria du Canada
  • Manitoba Pharmaceutical Association
  • Ontario Pharmacists' Association
  • Société canadienne de pédiatrie (SCP)
  • Université Dalhousie

Appendice B : Tableau des maladies évitables par la vaccination

Agent microbiologique Maladie
Terme médical Terme courant
Bactérie
Bordetella pertussis coqueluche  
Corynebacterium diphtheriae diphtérie
Clostridium tetani tétanos  
Streptococcus pneumoniae (sérotypes capsulaires multiples) pneumococcie invasive méningite pneumococcique pneumonie
méningite
sepsis
septicémie
empoisonnement du sang
épiglottite
Neisseria meningitidis (sérotypes A, B, C, Y, W-135) méningococcie invasive, méningite à méningocoques, méningococcémie
Haemophilus influenzae (sérotype B) méningite à Hib
Mycobacterium tuberculosis (agent pathogène)
Bacille de Calmette-Guérin (agent vaccinal)
tuberculose TB
Salmonella typhi-murium typhoïde
Vibrio cholerae choléra
Viruses
poliovirus (types 1,2,3) poliomyélite polio
virus de la rougeole rougeole  
virus des oreillons oreillons
virus de la rubéole rubéole, rubéole congénitale  
virus grippal (types A et B) influenza grippe
rotavirus gastroentérite gastro
virus du papillome humain cancer (col utérin, vagin ou vulve) verrues génitales, condylome, papillomatose respiratoire récurrente
virus de l'hépatite A hépatite A hépatite infectieuse
virus de l'hépatite B hépatite B  
virus varicelle-zona varicelle picotte
herpes zoster, algie post zostérienne zona
virus de la rage rage
virus de la fièvre jaune fièvre jaune
virus de l'encéphalite japonaise encéphalite
virus de la variole (agent pathogène)
virus de la vaccine (agent vaccinal)
variole

Appendice C : Outil de nivellement des compétences en immunisation

L'Outil de nivellement des compétences en matière d'immunisation a pour but d'évaluer divers groupes de professionnels de la santé publique afin d'adapter les programmes de formation, les normes de pratique et l'évaluation du rendement.

Étant donné que la main d'œuvre dans le domaine de la santé et les établissements varient grandement en ce qui a trait à l'immunisation, le niveau de compétence doit être adapté aux besoins en matière de formation propres à chaque professionnel et à chaque milieu de travail.

Façon d'utiliser l'outil de nivellement

Il faut déterminer et définir le groupe de professionnels de la santé à évaluer, et utiliser l'échelle qui suit pour coter le niveau de compétence pour chaque objectif d'apprentissage.

  • La cote « Avisé » indique un niveau d'habileté de base, c'est à dire que la personne est capable de définir le concept ou la technique, mais son aptitude à appliquer la technique est limitée.
  • La cote « Averti » indique un niveau d'habileté intermédiaire, c'est à dire que la personne est capable d'appliquer et de décrire la technique.
  • La cote « Expert » indique un niveau d'habileté avancé, c'est à dire que la personne est capable de résumer, d'évaluer et d'enseigner la technique.

1. Système immunitaire et vaccination

Compétence :
Explique l'action d'un vaccin en se référant aux connaissances de base relatives au système immunitaire.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Comparer et distinguer l'immunité innée et l'immunité adaptative.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Différencier la réponse immunitaire primaire de la réponse immunitaire secondaire (ou anamnestique) suite à l'administration d'un vaccin.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Différencier l'immunité passive de l'immunité active.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Expliquer pourquoi certains vaccins induisent une réponse anamnestique, et d'autres pas.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Nommer quelques facteurs liés à l'hôte et à l'agent immunisant, qui influent sur la réponse immunitaire aux vaccins.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
6. Expliquer comment les calendriers d'immunisation prennent compte des éléments affectant la réponse immunitaire aux vaccins.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
7. Répondre à l'argument voulant que l'administration d'un grand nombre de vaccins ait pour effet de surcharger le système immunitaire.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
8. Discuter des avantages et des inconvénients de l'immunité provoquée par la vaccination comparativement à ceux de l'immunité consécutive à une infection de type sauvage.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

2. Maladies évitables par la vaccination

Compétence :
Démontre une compréhension des évidences et des avantages justifiant le recours à la vaccination.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Décrire les principales manifestations cliniques, incluant les complications aiguës et à long terme, de chaque maladie évitable par la vaccination.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Décrire les principales caractéristiques épidémiologiques de chaque maladie évitable par la vaccination.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Décrire l'historique de l'impact de l'immunisation sur l'épidémiologie des maladies évitables par la vaccination.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Formuler une réponse à la question « Pourquoi devrais-je être vacciné, puisque les maladies évitables par la vaccination sont si rares au Canada? » pour chaque vaccin administré dans le contexte de la pratique.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Expliquer l'importance de diagnostiquer avec exactitude les maladies évitables par la vaccination.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

3. Développement et évaluation des vaccins

Compétence :
Intègre dans sa pratique les connaissances concernant les principaux stades du développement et de l'évaluation des vaccins.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Décrire, de façon générale, le processus conduisant à l'obtention d'une autorisation de mise en marché de vaccins au Canada.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Préciser les types d'informations générées grâce aux activités de surveillance et aux études post commercialisation concernant les vaccins après leur commercialisation.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Définir, de façon générale, les rôles et les principales responsabilités de chaque acteur impliqué en matière d'évaluation post commercialisation de l'innocuité et de l'efficacité des vaccins :
  • Fabricants de vaccins.
  • Organisme canadien de réglementation (Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques).
  • Agence de la santé publique du Canada.
  • Ministères de la Santé provinciaux et territoriaux.
  • Vaccinateurs.
  • Professionnels de la santé ne pouvant administrer de vaccins.
  • Vaccinés ou parents/personnes qui en ont soin.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

4. Types d'agents immunisants et leur composition

Compétence :
Applique les connaissances relatives aux constituants et aux propriétés des agents immunisants nécessaires à une pratique sécuritaire et efficace.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Classer chaque agent immunisant utilisé dans sa pratique, selon qu'il s'agit d'un vaccin vivant atténué, d'un vaccin inactivé ou d'un vaccin sous-unitaire.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Démontrer une habileté à expliquer ce qu'est un agent immunisant vivant atténué, inactivé ou sous unitaire à un auditoire ayant peu ou pas de connaissances scientifiques.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Comparer les principaux avantages et inconvénients des agents immunisants vivants atténués à ceux des agents immunisants inactivés et sous-unitaires.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Identifier les principales différences entre la réponse immunitaire aux vaccins polysaccharidiques purifiés et la réponse immunitaire aux vaccins conjugués. (protéine-polysaccharide).
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Décrire, de façon générale, l'utilité, l'action et les problèmes potentiels de chacun des constituants suivants susceptibles d'être présent dans un produit vaccinal donné: adjuvant, agent de conservation, additifs, fiole de verre, bouchon, et seringues préremplies.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
6. Identifier et utiliser les ressources documentaires existantes sur les types d'agents immunisants utilisés dans sa pratique et sur leurs constituants.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

5. Santé de la population

Compétence :
Applique les principes pertinents de la santé de la population afin d'améliorer les taux de couverture vaccinale.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Présenter des exemples précis pour expliquer en quoi l'immunisation est une stratégie de la santé à l'échelle de la population.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Définir le concept d'immunité de groupe (aussi appelé immunité collective) dans des termes vulgarisés.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Expliquer, à l'aide d'exemples, pourquoi les maladies évitables par la vaccination connaissent une recrudescence lorsque la couverture vaccinale décroit.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Expliquer comment les registres d'immunisation peuvent être profitables, tant sur le plan individuel qu'à l'échelle de la population.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Faire valoir l'importance de disposer d'un effectif de professionnels de la santé fortement immunisés.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
6. Référer au modèle de planification en promotion de la santé pour définir les barrières (facteurs économiques, éducatifs et sociaux, et facteurs liés à l'organisation du système) à l'immunisation.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
7. Utiliser des stratégies de promotion de la santé pour améliorer les taux de couverture vaccinale.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

6. Communication

Compétence :
Communique efficacement en matière d'immunisation, selon les besoins de la pratique.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Nommer les éléments du processus décisionnel fondé sur des faits probants.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Expliquer l'importance de la perception du risque pour la prise de décision en matière d'immunisation.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Évaluer les connaissances, l'attitude et les croyances du client à l'égard de l'immunisation et prendre des mesures appropriées à cet égard.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Communiquer des messages clairs et concis concernant les risques associés aux maladies évitables par la vaccination ainsi que sur les avantages et les risques liés aux vaccins.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Fournir aux patients des ressources et des renseignements pertinents fondés sur des faits probants en ce qui concerne l'immunisation et les vaccins.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
6. Conseiller les clients de manière à ce qu'ils puissent reconnaître les sources crédibles d'information sur l'immunisation et les vaccins.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
7. Utiliser, selon le contexte de la pratique, des stratégies faisant appel aux médias de masse pour informer le grand public.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

7. Entreposage et manipulation des agents immunisants

Compétence :
Applique les lignes directrices canadiennes relatives à l'entreposage, à la manipulation et au transport des vaccins.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Déclarer où accéder aux lignes directrices nationales les plus récentes traitant de l'entreposage, de la manipulation et du transport des vaccins.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Décrire les exigences des lignes directrices nationales relatives à l'entreposage, à la manipulation et au transport des vaccins, ainsi que leur importance pour assurer l'activité et l'efficacité maximales de chaque vaccin.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Nommer les principales étapes du maintien de la chaîne du froid dans le cadre de la pratique.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Expliquer les mesures à prendre pour signaler et gérer les ruptures de la chaîne du froid ou d'autres événements compromettant l'intégrité des vaccins.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

8. Administration d'agents immunisants

Compétence :
Prépare et administre correctement les agents immunisants.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Préparer une liste de vérification pour l'évaluation des patients avant l'immunisation, qui comprendra les précautions à prendre, les contre-indications et les indications justifiant le report de la vaccination.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. S'assurer que les sept « règles » de l'immunisation (« 7 Rights ») sont respectées: bon médicament, bon client, bonne dose, bon moment, bonne voie d'administration, bonne raison et bons renseignements.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Expliquer les étapes de la préparation des vaccins, dont la reconstitution (le cas échéant), l'administration et l'élimination.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Nommer les ressources utilisées pour guider le processus d'administration des vaccins et la prise de décision à ce sujet.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Présenter, sous forme de tableau, le vaccin, l'âge, la dose, la voie d'administration, le point d'injection, les contre-indications et les précautions à prendre ainsi que les effets secondaires de chaque vaccin utilisé dans la pratique.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
6. Indiquer les points d'injection appropriés selon l'âge et le bon positionnement du patient pour la vaccination.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
7. Choisir adéquatement la longueur et le calibre de l'aiguille selon l'âge et la taille du patient.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
8. Décrire les mesures prises pour accroître la sécurité au cours des séances de vaccination en ce qui concerne le professionnel de la santé, le vacciné et l'environnement.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
9. Montrer la bonne technique de vaccination.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
10. Décrire les techniques utilisées pour réduire la douleur associée à la vaccination.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

9. Effets secondaires suivant l'immunisation

Compétence :
Anticipe, reconnaît et prend en charge les effets secondaires suivant l'immunisation.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Utiliser des ressources fiables fondées sur des faits probants pour faire état du nombre des effets secondaires fréquents, occasionnels et rares associés aux vaccins.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Informer les vaccinés et les personnes qui en ont la charge des manifestations postvaccinales auxquelles ils peuvent s'attendre et des mesures à prendre à l'égard des effets secondaires.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Rédiger, de façon détaillée, étape par étape, une intervention efficace en cas de réaction anaphylactique.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Noter sur le formulaire approprié les effets secondaires postvaccinaux survenus et transmettre ce dernier aux organismes concernés.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Faire la différence entre le signalement d'un effet secondaire suite à l'immunisation et l'établissement du fait que le vaccin est le facteur causal.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

10. Consignation de l'information

Compétence :
Consigne l'information relative à chaque vaccination, conformément aux lignes directrices nationales relatives à l'immunisation et aux directives provinciales et territoriales concernant l'information sur la santé.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Expliquer le rôle et l'importance des dossiers d'immunisation.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Préciser l'information devant figurer dans le dossier d'immunisation.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Enregistrer, de façon précise et exhaustive, chaque rendez-vous de vaccination, en utilisant les outils appropriés.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Faciliter le transfert de l'information du dossier d'immunisation aux autres dispensateurs de soins ou aux organismes concernés, conformément aux exigences.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Noter les raisons et les actions de suivi à prévoir lorsqu'une immunisation planifiée n'est pas administrée.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

11. Populations nécessitant une attention spéciale

Compétence :
Reconnaît et répond aux besoins particuliers de certains groupes de population en matière d'immunisation.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Décrire les besoins particuliers de certains groupes de population en matière d'immunisation, dans le contexte de pratique, notamment :
  • Les personnes n'ayant pas suivi le calendrier prévu pour les vaccins recommandés.
  • Les personnes qui ont déjà été victimes d'un effet secondaire grave associé à un vaccin.
  • Les personnes présentant certains problèmes médicaux ou états particuliers, entre autres les greffés.
  • Les femmes enceintes.
  • Les femmes qui allaitent.
  • Les groupes professionnels à risque.
  • Les voyageurs.
  • Les néo-canadiens.
  • Les étudiants étrangers.
  • Les personnes qui, en raison de leur comportement, risquent de contracter des maladies évitables par la vaccination.
  • Les personnes « difficiles à rejoindre ».
  • Les populations exposées à une éclosion.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Consulter lorsque requis les ressources et les professionnels spécialisés afin de répondre adéquatement aux besoins en matière d'immunisation de certaines populations.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

12. Système canadien d'immunisation

Compétence :
Démontre une bonne compréhension du système canadien d'immunisation et de ses répercussions sur sa pratique.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Décrire comment la Stratégie nationale d'immunisation s'applique à sa pratique.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Distinguer les responsabilités fédérales et les responsabilités provinciales/ territoriales à l'égard des programmes d'immunisation au Canada.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Préciser les personnes pouvant administrer les vaccins au Canada.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Décrire l'état actuel des registres d'immunisation de sa province ou de son territoire.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Décrire le processus conduisant à l'introduction, dans une province ou un territoire, d'un nouveau vaccin subventionné par l'État.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
6. Expliquer pourquoi les calendriers de vaccination varient selon les provinces et les territoires.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
7. Identifier le calendrier d'immunisation actuel de sa province ou de son territoire.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
8. Nommer les lois et les règlements pouvant avoir une incidence sur les programmes d'immunisation dans les provinces et les territoires.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

13. Enjeux entourant l'immunisation

Compétence :
Aborde les enjeux entourant l'immunisation en ayant recours à une approche fondée sur des faits probants.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Décrire les facteurs qui alimentent le scepticisme à l'égard de l'immunisation, aussi bien chez les professionnels de la santé qu'au sein de la population en général.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Expliquer les répercussions, engendrées par les fausses perceptions relatives aux agents immunisants, sur les programmes d'immunisation et sur la population.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Réfuter les fausses perceptions relatives aux agents immunisants en ayant recours à une approche fondée sur des faits probants.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Identifier des sources d'information fondées sur des faits probants concernant les enjeux actuels entourant l'immunisation.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Utiliser des connaissances fondées sur des faits probants pour élaborer des messages clés clairs et concis concernant les avantages et les risques réels de l'immunisation.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

14. Aspects légaux et éthiques de l'immunisation

Compétence :
Respecte, dans tous les aspects de la pratique, les normes juridiques et éthiques liées à l'immunisation.
Professionnel
de la santé
ciblé :
  • Avisé = Maîtrise de la compétence au niveau de base; les personnes peuvent identifier le concept ou l'aptitude mais ne possèdent qu'une habilité réduite à exécuter les tâches.
  • Averti = Maîtrise de la compétence à un niveau moyen; les personnes sont aptes à décrire l'aptitude et à la mettre en application.
  • Expert = Maîtrise de la compétence à un niveau avancé; les personnes sont aptes à mettre en rapport, à critiquer ou à enseigner l'aptitude.
1. Débattre de l'incidence des principes éthiques fondamentaux, dont les droits individuels, la confidentialité, la vie privée, le consentement et le refus éclairés.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
2. Décrire les exigences légales concernant l'administration des vaccins, la documentation, la tenue des dossiers et la déclaration.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
3. Décrire les exigences légales de la province ou du territoire d'exercice ayant trait au statut vaccinal et à l'exclusion des services de garde, des écoles, des lieux de travail ou d'autres milieux.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
4. Définir son propre cadre de pratique professionnelle en matière d'immunisation (province/territoire, organisation, contexte de la pratique, établissements, etc.).
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
5. Discuter des enjeux éthiques soulevés par :
  • la vaccination obligatoire par opposition à la vaccination volontaire
  • la vaccination ciblée par opposition à la vaccination universelle.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
6. Discuter de la responsabilité des professionnels de la santé d'informer les patients de la disponibilité de tous les vaccins recommandés, qu'ils soient ou non subventionnés par l'État.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert
7. Décrire le problème éthique auquel est confronté un professionnel de la santé dont les croyances personnelles sont en conflit avec les recommandations en matière d'immunisation fondées sur des faits probants.
  • Avisé
  • Averti
  • Expert

Appendice D : Glossaire

Abcès
Une accumulation localisée de pus causée par une infection.
Activité (puissance, capacité)
La mesure quantitative de l'activité d'un médicament correspond à sa puissance.
Additif
Une substance, tels l'albumine, l'hydroxyde d'aluminium et le phosphate d'aluminium, ajoutée aux vaccins afin d'inactiver le virus ou la bactérie, pour stabiliser le vaccin ou encore pour conserver la puissance d'un vaccin.
Adjuvant
Une substance (p. ex. du sel d'aluminium) ajoutée durant la production dans le but d'accroître la réaction immunologique du corps à un vaccin. Les adjuvants permettent une libération lente des antigènes, ils stimulent l'inflammation locale qui attire les cellules immunitaires sur le site de l'infection et ils accroissent la taille physique de l'antigène dans le but de permettre une captation plus efficace par les cellules responsables de la production des antigènes.
Agent de conservation
Un additif chimique utilisé afin de prévenir la bactérie ou la contamination des vaccins.
Agent immunisant
Ce terme se rapporte aux différentes combinaisons d'agents utilisées pour la vaccination; l'agent peut être monovalent (antigène unique) ou multivalent (plusieurs antigènes- par ex. RRO). Les termes agents et « vaccins » sont interchangeables.
Agent immunisant actif
Toute substance ou organisme provoquant une réponse immunitaire (produit l'immunité) lorsqu'il est introduit dans le corps.
Agent immunisant passif
Toute substance ou organisme provoquant l'immunité aussi longtemps qu'il se trouve dans le corps. Il est possible d'acquérir l'immunité grâce au transfert d'anticorps d'une autre personne ou d'un animal, de la mère au foetus ou par la vaccination.
Aide-mémoire
Système informant les vaccinateurs qu'un vaccin spécifique doit être administré à une personne en particulier.
Allergène
Ce sont des antigènes causant une réaction allergique. Ils provoquent la formation d'anticorps IgE, une variété d'anticorps présente chez tous les types de réaction allergique.
Anaphylaxie
Une réaction allergique immédiate et grave. Les signes classiques de l'anaphylaxie, tels que présentés dans le Guide canadien d'immunisation (pages 87 à 92, 7e édition) sont : une éruption urticarienne prurigineuse (dans plus de 90 % des cas); un oedème de Quincke (œdème progressif et douloureux) au niveau du visage et de la bouche; des symptômes respiratoires (notamment des éternuements, une toux, une respiration sifflante); une hypotension (peut progresser jusqu'à l'état de choc et au collapsus cardio-vasculaire).
Anatoxine
Une toxine bactérienne inactivée rendue non toxique, mais qui demeure capable de stimuler la production d'antitoxines.
Anticorps
Une protéine trouvée dans le sang qui réagit aux substances étrangères, p. ex. aux bactéries ou aux virus qui envahissent le corps. Les anticorps protègent contre la maladie en se fixant à ces organismes et en les détruisant.
Antigène
Toute substance, généralement une protéine, capable d'induire une réaction immunitaire adaptative.
Assentiment
Lorsqu'une personne donne son accord pour qu'une personne qui ne possède pas la capacité (mentale ou légale) de donner son consentement pour un diagnostique ou un traitement (p. ex. un enfant ou un adulte aux capacités intellectuelles réduites).
Avantage
Qui produit un bénéfice ou une amélioration de la condition d'un individu ou d'une population.
Avis de conformité
Les avis de conformité sont émis aux fabricants suite à un examen satisfaisant d'une proposition à Santé Canada. Un AC indique qu'un fabricant est conforme aux sections C.08.002 ou C.08.003 et C.08.005.1 du Règlement des aliments et drogues.
Blessure accidentelle par piqûre d'aiguille
Une blessure causée par la ponction de la peau au moyen d'une aiguille. Ces blessures peuvent transmettre des maladies infectieuses, particulièrement celles transmises par le sang. Elles peuvent être dangereuses pour les personnes manipulant des seringues hypodermiques ou autre équipement avec aiguille.
Calendrier d'immunisation (report, interruption, etc.)
Un tableau ou un plan de vaccination recommandé. On peut utiliser un calendrier reporté lorsqu'un enfant reçoit ses vaccins après l'âge recommandé selon le calendrier de sa région. S'il y a interruption de plus d'un mois, on devrait utiliser un calendrier de rattrapage ou accéléré.
Causalité
C'est la relation entre la cause et les effets. Un effet, telle qu'une maladie, peut avoir une ou plusieurs causes soit des facteurs de risque, des facteurs de prédisposition ou de précipitation (p. ex. les maladies cardiaques sont causées par une combinaison de facteurs génétiques et comportementaux).
Cellulite
Une infection de la peau et des tissus conjonctifs caractérisée par des rougeurs, de l'inflammation, de la chaleur et une sensibilité au toucher. Peut également causer de la fièvre ou des frissons.
Chaîne du froid
Une série continue d'activités d'entreposage et de distribution qui permettent de maintenir la température des vaccins dans l'intervalle requis lors de l'entreposage et de la manipulation afin qu'ils conservent leur capacité.
Client
Une personne dans le registre des clients; ce peut être un contact, un cas, un contrôle, une personne ayant reçu un vaccin ou autre (p. ex. gardien du client).
Codes à barres
Une méthode d'encodage des données dont les barres étroites ou larges et les espaces représentent un chiffre ou un caractère alphanumérique. Ce système permet une lecture électronique rapide et précise. Les codes à barres sont imprimés ou estampillés sur le produit ou l'étiquette.
Communicabilité
Capacité de transmettre une maladie d'une personne à l'autre ou d'une espèce à l'autre (contagiosité).
Communication des risques
Un échange d'informations qui vise à augmenter la compréhension des risques pour la santé.
Complications
Une nouvelle maladie ou condition médicale qui se développe lors du traitement ou au cours de la maladie.
Comportements à risque
Des comportements augmentant les probabilités d'une personne à faire l'expérience de certaines manifestations qui pourraient causer du tort.
Condition médicale et grossesse
Un état de santé problématique ou inhabituel.
Confidentialité
En médicine, cela se réfère au droit du patient d'exiger que tout renseignement médical ou personnel divulgué à un professionnel de la santé demeure privé. Il existe certaines limites concernant les occasions et les raisons où cette information peut être partagée avec un tiers.
Conflit d'intérêt (réel ou perçu)
Une situation où les intérêts compétitifs professionnels ou personnels d'un individu ou de l'entreprise qu'il représente ne faciliteraient pas l'exercice impartial des fonctions. Ces conflits peuvent être réels ou perçus.
Conjugué protéique
Un mélange composé d'une molécule de protéine et d'un groupement prosthétique non protéique.
Considérations spéciales
Un terme large qui englobe les contre-indications, les exemptions, les précautions et les effets secondaires suite à la vaccination.

  • Contre-indications : certains vaccins ne sont pas administrés car les risques pour la santé sont supérieurs aux bienfaits.
  • Exemptions : les clients sont exemptés car ils possèdent déjà l'immunité (p. ex. ont déjà reçu le vaccin ou ont souffert de la maladie) ou refus (raisons médicales, religieuses ou philosophiques).
  • Précautions : le client est plus à risque de développer un effet secondaire suite à la vaccination. Si le bienfait l'emporte sur le risque, le vaccin sera administré sous réserve de recommandations spéciales.
Contagiosité
Niveau de transmissibilité, habilité de transmission interhumaine d'une maladie par le contact direct ou indirect d'une sécrétion corporelle d'un patient ou d'un objet qui aurait été touché par un tel patient ou ses sécrétions.
Contre-indications
Toute condition (plus particulièrement une maladie) qui fait en sorte qu'un vaccin devient inadéquat ou qu'il met la vie en danger.
Couverture vaccinale
La proportion de l'ensemble des populations ciblées qui a été vaccinée grâce aux programmes de vaccination subventionnés par l'État qui offrent les vaccins gratuitement ou à peu de coûts.
Crise d'anxiété
Une période soudaine et inattendue d'anxiété souvent accompagnée de symptômes tels des palpitations au cœur, des étourdissements, de la difficulté à respirer et d'une intense peur de mourir.
Date de péremption
Date avant laquelle les vaccins et les diluants doivent être utilisés.
Déterminants de la santé
Les différents facteurs qui, lorsque combinés, contribuent à déterminer l'état général de la santé d'une personne ou d'une population. Parmi ces facteurs notons le revenu, le niveau d'éducation, l'accès aux soins médicaux, la génétique et le mode de vie.
Dispensateur
Un professionnel qui offre des soins de santé, p. ex. une infirmière en santé publique.
Dispositif d'injection de conception sécuritaire
Instruments d'injection conçus afin de prévenir les blessures de piqûres d'aiguille et d'ainsi réduire l'exposition aux pathogènes transmis par le sang. Des exemples d'instruments sécuritaires sont les aiguilles et seringues hypodermiques, les seringues pré-remplies, les aiguilles d'injection de l'insuline et les dispositifs d'injection sans aiguille.
Divulgation
La dissémination, le transfert ou la mise en circulation de renseignements médicaux personnels identifiables à l'extérieur de l'institution détentrice de ces renseignements.
Dommage
La nature et l'étendue du tort causé par un vaccin.
Dossier d'immunisation (des professionnels ou à emporter à domicile)
Une fiche personnelle où sont inscrits tous les vaccins reçus. Ces fiches doivent être conservées par le professionnel de la santé qui a administré le vaccin (fiche du professionnel) et dans un registre local ou provincial; la personne, ou le parent ou gardien, doit aussi en avoir une copie (fiche à emporter à domicile).
Efficacité potentielle
La mesure de production du résultat bénéfique voulu (en fonction du progrès réalisé).
Efficacité réelle
L'aptitude d'un médicament ou d'un traitement à produire l'effet voulu.
Encéphalite
Inflammation du cerveau causée par un virus. L'encéphalite peut se résulter par un dommage permanent du cerveau ou par le décès.
Encéphalopathie
Terme général décrivant une dysfonction du cerveau, y compris l'encéphalite, la méningite, les crises et les traumas crâniens.
Endémique
La présence d'une maladie au sein d'une population ou dans une région géographique donnée, à un taux qui dépasse celui auquel on peut normalement s'attendre.
Épisode
Un groupe de descriptions d'une ou de plusieurs rencontres. Une enquête peut avoir aucun ou plusieurs épisodes. Les rencontres non-associées à une enquête ou un contrôle peuvent également être regroupées dans un ou plusieurs épisodes. Un épisode est nommé par l'usager ou le système et se défini par une date de début et (idéalement) une date de fin.
Épisode d'hypotonie-hyporéactivité
Une diminution du niveau de réactivité, du tonus musculaire et de l'activité et la pâleur résultant d'un événement indésirable suivant la vaccination. Un EHH est plus fréquemment signalé suite à l'inoculation du vaccin à germes entiers contre la coqueluche mais peut aussi se produire, moins fréquemment, suite au vaccin accellulaire contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (dcaT).
Erreur de médicament
Tout événement évitable qui entraîner une mauvaise utilisation du médicament ou faire du tort au patient lorsque le médicament est sous le contrôle d'un professionnel de la santé ou celui du patient. On s'y réfère parfois comme à un événement indésirable évitable.
Erreur d'injection
Une erreur relative à la substance inoculée ou au point d'injection qui cause du tort au patient.
Étendue
Utilisé en statistiques, c'est la différence entre la plus grande et la plus petite des valeurs que peut prendre une grandeur ou une fonction.
Étudiants étrangers
Des étudiants, provenant de pays autre que le Canada, dont on ne connaît pas le statut vaccinal.
Événement indésirable grave (effet secondaire grave-ESG)
Un événement indésirable grave peut mettre en danger la vie du patient; il nécessite une hospitalisation ou une prolongation de l'hospitalisation, il entraîne une invalidité ou une incapacité importante, il provoque une anomalie ou une déficience congénitale. Les événements indésirables graves doivent être déclarés et ils ne sont pas nécessairement attribuables à la vaccination.
Événement indésirable suivant l'immunisation (effet secondaire suivant l'immunisation-ESSI)
Des effets secondaires indésirables ou manifestations médicales inattendues se produisant chez un patient après une immunisation. Même s'il existe une relation temporelle, la relation de causalité n'est pas nécessairement établie avec le traitement ou le vaccin. Les ESSI sont classifiés comme étant rares, peu fréquents, fréquents ou très fréquents. Voir événement indésirable grave.
Groupes professionnels à risque
Personnes travaillant dans des domaines particuliers les exposant à une plus grande proportion de risques ou de tort.
Guide canadien d'immunisation (GCI)
Un guide contenant des renseignements sur les agents immunisants disponibles au Canada et leur usage dans la prévention de maladies infectieuses. On donne certains détails concernant les recommandations pour la vaccination systématique et on tente de répondre aux questions les plus fréquentes des dispensateurs.
Hôte
Une personne ou un organisme vivant pouvant être infectés par un agent infectieux dans des conditions naturelles.
Immunité
La protection contre une maladie. Il existe plusieurs types d'immunité : adaptative, active et passive. C'est la présence d'anticorps dans le sang qui détermine l'immunité; elle peut généralement être déterminée par des tests laboratoires.
Immunité à médiation cellulaire (IMC)
Les réactions immunitaires qui sont transmises par les cellules soit par les lymphocytes T cytotoxiques (LTC) plutôt que par un anticorps ou un autre facteur humoral (p. ex. les protéines complément).
Immunité active
Production d'anticorps par le système immunitaire, provoquée soit par la maladie ou grâce à l'immunisation, contre une maladie particulière.
Immunité adaptative
La deuxième mesure de défense du corps qui devient active lorsque les défenses immunitaires innées ne suffisent plus; elle compte trois facteurs clés : la spécificité, la mémoire et la diversité. Ses mécanismes reposent sur la capacité du système immunitaire de reconnaître le matériel étranger, de réagir à sa présence et de l'éliminer de façon appropriée.
Immunité de groupe ou collective
Lorsqu'une forte proportion de la population est vaccinée contre une maladie, le pathogène a de la difficulté à trouver un hôte non immunisé et à survivre. Même les personnes qui ne sont pas immunisées (tels les nouveau-nés et les personnes souffrant de maladies chroniques) sont protégées parce que la maladie ne peut se propager dans la collectivité.
Immunité humorale
Le terme humoral se dit des liquides extracellulaires tels le sérum et la lymphe; dans ce cas-ci, la réponse immunitaire est transmise par des anticorps agissant comme des molécules effectrices produites par des lymphocytes B. Les lymphocytes B et C peuvent être impliqués dans cette réponse.
Immunité passive
Protection contre une maladie acquise grâce à des anticorps produits par un autre humain ou un animal. Elle est efficace mais généralement limitée et s'atténue avec le temps (quelques semaines ou mois). Par exemple, les anticorps maternels sont transmis à l'enfant avant sa naissance et ils offrent une protection temporaire (les 4 à 6 mois suivant la naissance).
Immunogénicité
Terme général utilisé pour décrire la capacité inhérente d'un antigène d'induire une immunité humorale et ou une immunité à médiation cellulaire; pour des raisons pratiques, la réponse immunitaire induite par les anticorps est souvent utilisée pour mesurer l'immunogénicité des vaccins.
Incidence
Le nombre de nouveaux cas de maladie déclarés au sein d'une population pendant une période donnée.
Induration
Durcissement des tissus mous causé par l'inflammation. C'est souvent le signe d'une infection. La peau affectée et les autres tissus mous peuvent être rouges, épais et sensibles au toucher.
Infection importée
Une infection provenant d'une source extérieure causée par des micro-organismes tels les virus et les bactéries.
Infection survenue naturellement
Une infection ou une maladie causée par une bactérie ou un virus trouvés dans l'environnement naturel tels la rougeole et la varicelle.
Infirmier(ère) en santé publique
Un dispensateur de soins de la santé travaillant avec les personnes, les groupes et les collectivités afin de résoudre les questions relatives à la santé. Aussi connu sous le nom d'infirmier(ère) en santé communautaire.
Injection de rappel
Certains vaccins nécessitent une deuxième et troisième vaccination, ou plus, afin que le sujet soit protégé contre la maladie infectieuse.
Intervalles minimums entre les vaccins
La période minimale prévue entre l'administration des doses ultérieures d'un même vaccin afin de permettre au système immunitaire de réagir efficacement à la première dose.
Lignes directrices nationales sur l'entreposage et la manipulation des vaccins pour les vaccinateurs
Ces recommandations, à l'intention des dispensateurs de vaccins, traitent de l'entreposage et de la manipulation des vaccins; elles ont été développées en collaboration avec la Coalition canadienne des infirmiers et infirmières pour l'immunisation et publiées par l'Agence de la santé publique du Canada.
Longueur et calibre de l'aiguille
La longueur de l'aiguille fait état de la longueur du corps de l'aiguille tandis que le calibre se rapporte à la largeur ou format du corps de l'aiguille.
Lymphocyte B (cellule B)
On les appelle lymphocyte B parce qu'elles se développent et deviennent mature dans la moelle épinière avant de s'infiltrer dans les voies sanguines. Principalement, ces cellules favorisent l'immunité transmise par les anticorps et produisent des anticorps.
Lymphocyte T (cellule T)
On les appelle lymphocyte T parce qu'elles se développent dans la moelle épinière et deviennent mature dans le thymus avant de s'infiltrer dans les voies sanguines. Ces cellules sont importantes parce qu'elles contrôlent les réactions immunitaires transmises par les cellules ainsi que le développement des cellules B.
Maladies évitables par la vaccination
Maladies infectieuses pour lesquelles il existe un vaccin.
Manifestations cliniques
Symptômes basés sur l'observation directe du patient.
Médicolégal
Ce qui a trait aux aspects légaux de la pratique de la médecine (p. ex. le consentement éclairé et la responsabilité médicale).
Mode de transmission
Les mécanismes par lesquelles un agent infectieux se propage aux humains y compris par des méthodes telles le contact direct (cutanné) ou indirect (aéroporté, transmis par un vecteur).
Monographie du produit
Une description du nom, de la formule chimique et des méthodes uniformes qui déterminent la capacité et la pureté d'un médicament.
Morbidité
Un état de maladie ou de symptômes; l'incidence et le taux de maladie dans une collectivité ou un groupe particuliers.
Mortalité
Le taux de décès; généralement on connaît la maladie, la condition ou la blessure.
Néo-canadiens
Personnes récemment arrivées au Canada.
Nodude au point d'injection
Une bosse, un renflement ou une masse au point d'injection.
Notice d'accompagnement
Des renseignements écrits en langage simple à l'intention du public. La notice peut contenir, en autres, des détails sur l'utilisation du vaccin, une courte description des maladies qu'il prévient, le dosage ainsi que la manière de l'entreposer. Elle peut également énumérer des avertissements, des précautions, des interactions de même que les événements secondaires possibles; des instructions et renseignements sur les personnes à contacter si un événement secondaire sérieux est soupçonné sont parfois inclus.
Numéro de lot
Un numéro spécifique donné à un lot particulier de vaccin qui permet de l'identifier.
Pandémie
L'étendue d'une maladie qui affecte ou qui attaque la population d'une grande région géographique, lorsqu'une épidémie se répand à travers le monde (p. ex. pandémie de l'influenza).
Perception du risque
Le jugement subjectif que fait une personne concernant les caractéristiques et la sévérité d'un risque. Ce jugement peut ne pas être exact et ne pas refléter avec justesse leur niveau réel de risque.
Période d'incubation
La période qui s'écoule entre le premier contact avec un pathogène et l'apparition de symptômes d'une maladie; généralement, la période d'incubation bactérienne est courte (heures ou jours) comparé à celle d'un virus (semaines ou mois).
Personnes/populations/groupes « difficiles à joindre »
Des personnes, groupes ou populations qui ont de grandes difficultés à accéder aux soins de santé (p. ex. les démunis, les minorités et les résidents de collectivités éloignées).
Point d'injection (site d'injection)
L'endroit anatomique où l'on injecte un vaccin, p. ex. le deltoïde gauche, la jambe droite.
Polysaccharide
De longues chaînes de molécules de sucre qui ressemblent à la surface de certains types de bactéries. Les vaccins polysaccharide sont disponibles pour les maladies à pneumocoque, à méningocoque et pour l'Haemophilus Influenza de type B. Ils sont recommandés pour le contrôle des éclosions, pour la protection des personnes qui voyagent dans des lieux où l'on retrouve des maladies endémiques attribuées à des sérogroupes de vaccins et pour les personnes à risque de contracter des maladies à méningocoque. Les vaccins polysaccharide ne sont pas recommandés pour la vaccination systématique des enfants.
Populations spéciales
On se sert de cette classification afin d'identifier les groupes cibles tels que les enfants, les femmes et les voyageurs.
Portage
La présence, dans le corps d'une personne, d'un micro-organisme qui est potentiellement la cause d'une maladie; il ne cause pas la maladie chez le porteur mais peut infecter d'autres personnes.
Pratiques courantes
Les activités que l'on pratique afin de réduire les risques d'exposition au sang, aux liquides corporels et aux lésions cutanées d'autres personnes. L'hygiène appropriée des mains, l'utilisation de protection faciale (c.-à-d. masques ou écran) et le port de gants, de même qu'une manipulation sécuritaire des objets tranchants et un nettoyage de l'environnement, sont de bons exemples de pratiques courantes.
Précautions
Une condition qui peut augmenter les occasions d'événements secondaires suivant l'immunisation ou qui peut compromettre l'alibilité d'un vaccin à produire l'immunité. Selon les circonstances et après avoir prudemment considéré si les bénéfices l'emportent sur les risques, on peut administrer le vaccin.
Préjudices
The information that comes with the vaccine and is written in simple language intended for the public. The insert may contain, among other things, information on the proper use of the vaccine, a short description of the disease(s) it protects from, and storage and dosage instructions. It may also list warnings, precautions, interactions and possible side effects. Instructions and contact information on what to do if serious suspected side effects occur may also be provided.
Prévalence de la santé de la population
La définition peut varier selon l'intervalle de temps durant lequel les mesures sont prises. La « prévalence ponctuelle » fait référence à la présence de la maladie à un moment précis (c.-à-d. un portrait). Il s'agit du nombre de cas recensés au cours d'une enquête transversale. La « prévalence au cours d'une période donnée », une expression moins utilisée, fait référence au nombre de cas de maladie (nouveaux et existants) dans une population pendant une période donnée.
Prévention primaire
Cette prévention favorise la bonne nutrition, la mise en forme physique et la vaccination chez la population en général. Elle encourage la bonne santé qui, en retour, réduit les possibilités de maladie.
Prévention et promotion de la santé
Des actions ou des mesures qui réduisent l'exposition ou d'autres risques, qui préviennent la maladie ou qui l'empêchent de s'aggraver.
Prise de décision éclairée (consentement éclairé) pour la vaccination et les registres
Un terme légal lié à l'éducation des patients concernant les avantages, les risques et les alternatives des traitements thérapeutiques. Le patient, ou un parent ou gardien, doit comprendre les risques et les avantages potentiels d'un traitement (ou le refus de celui-ci) avant d'accepter de prendre cette décision. Le consentement éclairé assure aussi la compréhension de l'importance et des avantages d'un système électronique de registre des vaccinations.
Prise de décision fondée sur des faits probants
Des décisions prises à la suite d'analyses approfondies de données exactes et de résultats de recherches documentés.
Protéine purifiée
Une protéine isolée d'un mélange complexe telle une culture de tissue.
Protocole
Un ensemble de médicaments prédéterminés (et les données de réception normalisées) utilisé pour le traitement d'une personne et faisant partie d'un plan de traitement complet. Les protocoles de médicaments évitent à l'usager d'avoir à compléter toute l'information concernant les médicaments et tous les détails associés lorsqu'une ordonnance est émise; ces renseignements sont déjà indiqués dans les formulaires. Un protocole de médicaments peut être composé d'un certain nombre de dossier de réception normalisés (auparavant appelés « régimes »).
Rappel (retrait)
Le retrait d'un produit du marché. Les rappels peuvent se faire de façon volontaire ou obligatoire.
Réaction au point d'injection
L'inflammation ou le dommage aux tissus entourant l'endroit sur le corps où le vaccin a été administré.
Réaction indésirable à un vaccin
Toute réaction inattendue ou dangereuse suite à l'inoculation d'un vaccin. Elle peut se produire soudainement ou se développer avec le temps. Voir événement indésirable grave.
Réaction locale
Une réaction limitée au point d'entrée d'un organisme infectieux ou d'une injection. Voir réaction au point d'injection.
Réaction systémique
Des réactions générales telles la fièvre, l'irritabilité, la fatigue, l'anorexie, les vomissements, des périodes de pleurs excessifs ou inconsolables suite à la vaccination. Ces réactions peuvent inquiéter les médecins et les parents mais la plupart d'entre elles sont entièrement réversibles et n'ont aucune conséquence permanente.
Réactogénicité (réaction)
Des événements secondaires locaux et systémiques qui se produisent immédiatement ou peu après la vaccination. Voir réaction locale et réaction systémique.
Reconstitution
L'addition de liquide à une poudre. Certaines ordonnances et certains vaccins sont disponibles sous forme de poudre et nécessitent une reconstitution.
Registre d'immunisation
Un outil électronique qui permet de rassembler dans un dossier confidentiel les fiches de vaccination provenant de diverses sources y compris tout signalement d'événements indésirables.
Rencontre
Un point de service défini par une date, une heure, une location et le type d'activité (p. ex. vaccination, tri de maladie ou résultats laboratoires). Une rencontre peut, ou ne pas, être associée à l'enquête d'une personne contrôle faisant partie du dossier d'un sujet. Elle peut, ou ne pas, être associée avec d'autres rencontres d'un épisode.
Réponse immunitaire primaire
La réponse du système immunitaire lorsqu'il est en contact pour la première fois avec un antigène. Elle se compose principalement d'anticorps IgM et produit la mémoire immunologique.
Réponse immunitaire secondaire (mémoire immunologique)
La capacité du système immunitaire de se souvenir d'une rencontre avec un antigène spécifique; la réponse rapide du système immunitaire lorsqu'il est ultérieurement exposé à cet antigène.
Réponse immunitaire secondaire (mémoire immunologique)
La capacité du système immunitaire de se souvenir d'une rencontre avec un antigène spécifique; la réponse rapide du système immunitaire lorsqu'il est ultérieurement exposé à cet antigène.
Réservoir
Toute substance vivante ou non-vivante sur ou dans laquelle un agent infectieux peut vivre ou proliférer, soit la source d'infection. Le réservoir n'est habituellement pas affecté par la présence d'un agent infectieux.
Respect de la vie privée
Le droit d'une personne de voir ses renseignements personnels et médicaux libres de toute divulgation non-autorisée par les dispensateurs de soins de santé.
Risques
La probabilité de causer du tort.
Rotation des stocks
La disposition et le placement des fioles et boîtes de vaccins afin que celles qui portent la date de péremption la plus près soient accessibles et utilisées en premier.
Séquelles
Une condition pathologique résultant d'une maladie, blessure ou attaque. Par exemple, une séquelle de la polio. Du terme original latin « sequela ».
Sérogroupes
Un groupe de microorganismes contenant un antigène commun qui peut comprendre plus d'un sérotype.
Sérotypes
Un groupe de microorganismes contenant un ensemble d'antigènes analogues.
Sources crédibles
Les essais cliniques, les recherches ou toutes autres sources d'informations liées à la santé qui sont basés sur des preuves scientifiques. Les études et les essais crédibles doivent être menés par des scientifiques qualifiés ou d'autres professionnels de la santé.
Sporadique
Une maladie ou un événement qui se produisent de façon irrégulière et peu souvent.
Statut de vaccination
Le statut de vaccination d'une personne indique si celle-ci est éligible, due ou en retard pour un vaccin particulier.

  • Éligible : la période la plus courte acceptable au cours de laquelle une vaccination est considérée comme valable pour le signalement de la couverture vaccinale.
  • Due : selon le calendrier du CCNI, la période de temps au cours de laquelle l'on considère qu'une vaccination est à jour.
  • En retard : à moins d'une indication spécifique, la période due pour le vaccin d'une personne a été dépassée d'un mois.
Stock périmé
On indique une date de péremption avant laquelle on doit utiliser le produit sur toutes les fioles et boîtes de vaccins et diluants. Les produits dépassant la date de péremption indiquée sont périmés et ne doivent pas être utilisés.
Stratégie nationale d'immunisation
Une stratégie extensive permettant la collaboration entre les différents niveaux du gouvernement afin d'améliorer l'efficacité des programmes de vaccination partout au Canada.
Surveillance
Contrôle continu de l'innocuité des vaccins afin de maintenir la confiance du public concernant les vaccins et les programmes d'immunisation. Voir surveillance active, passive et syndromique.
Surveillance active
Une recherche active de cas basée sur l'examen régulier des dossiers d'hospitalisation. Au Canada, il existe un système de surveillance pédiatrique active des événements indésirables graves, des insuffisances vaccinales et de certaines maladies infectieuses appelé IMPACT.
Surveillance passive
Un système où l'agence responsable dépend sur les signalements obligatoires des professionnels de la santé de première ligne ou des agences; elle n'entretient pas d'activités afin de stimuler les signalements, telles les inspections des établissements ou des appels aux dispensateurs de soins de santé.
Surveillance post-commercialisation
On exerce une surveillance post-commercialisation des vaccins lorsque ceux-ci ont été approuvés et relâchés pour la vente au public. Cette surveillance permet l'identification d'événements secondaires rares qui se produisent à un taux de 1:10 000 ou 1:1 000 000 de doses du vaccin. Elle permet d'assurer les régulateurs que les vaccins conservent leurs caractéristiques d'un lot au lot suivant sur une période donnée.
Surveillance syndromique
La surveillance de données sur la santé afin de déceler les épidémies, surveiller leur impact sur la santé publique, caractériser les populations affectées et surveiller l'efficacité de l'intervention face à l'épidémie.
Syndrome de Guillain-Barré
Une maladie neurologique rare qui se produit lorsque le système immunitaire attaque les nerfs périphériques du corps causant ainsi la perte des reflexes et une paralysie temporaire. Les symptômes sont la faiblesse, l'engourdissement, le picotement et une sensibilité exacerbée qui se propage sur tout le corps.
Syndrome oculo-respiratoire
Un syndrome marqué par une rougeur bilatérale des yeux et des symptômes des voies respiratoires supérieures y compris la toux, une respiration sifflante, une gêne au niveau de la poitrine, un mal de gorge et parfois une inflammation du visage suite à la vaccination contre l'influenza. Ce syndrome est géréralement passager.
Système canadien de surveillance des effets secondaires suivant l'immunisation (SCSESSI)
La principale fonction de ce système est d'assurer l'innocuité continue des vaccins commercialisés au Canada en surveillant les effets secondaires suivant l'immunisation.
Taux de protection (d'efficacité)
Ce taux représente le pourcentage de personnes vaccinées qui sont protégées contre une maladie comparé à un groupe non-vacciné (efficacité absolue) ayant les mêmes risques d'exposition au cours de la même période de temps ou comparé à un groupe ayant reçu un vaccin comparable (efficacité relative).
Technique aseptique
Un ensemble de techniques et de pratiques se déroulant dans des conditions stériles afin de prévenir l'introduction de micro-organismes tels les champignons, les bactéries et les virus.
Thermomètres minima-maxima
Des thermomètres qui affichent la température actuelle et les températures minimum et maximum atteintes depuis le réglage. Ils peuvent être munis d'une alarme qui indique lorsqu'un seuil de température a été dépassé.
Thimérosal
Un agent de conservation à base de mercure utilisé dans la fabrication de vaccins multi-doses afin de prévenir l'infection au point d'injection.
Transmissibilité
L'abilité d'un agent infectieux de se propager d'une personne ou d'un groupe à une autre personne ou groupe. Les méthodes de transmision sont :
  • le contact par goutellettes projetées par la toux et l'éternuement,
  • le contact physique direct (cutanné),
  • le contact indirect, généralement avec des surfaces contaminées ou souillées,
  • la transmission aéroportée,
  • la transmission orale-fécale, généralement la nourriture ou les sources d'eau contaminées,
  • la transmission par un vecteur, lorsqu'une infection est portée par un insecte et transmise aux humains.
Triangle épidémiologique
Un modèle utilisé pour évaluer la causalité des maladies qui comprend trois éléments soit l'agent, l'hôte et l'environnement.
Type sauvage
Le type de départ ou de référence d'une souche de virus ou d'une bactérie, de mouche à fruit, de souris ou autre organisme de test laboratoire. L'état dans lequel on retrouve ces organismes dans la nature, avant les mutations laboratoires des chercheurs.
Type sauvage d'infection
Une infection par le type de référence d'une souche de virus ou d'une bactérie, de mouche à fruit, de souris ou autre organisme de test laboratoire.
Vaccin combiné
Un seul vaccin contenant des antigènes pour la prévention de plusieurs maladies ou qui protège contre plusieurs souches d'un seul agent infectieux causant la même maladie; le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO).
Vaccin inactivé
Un vaccin composé de bactéries ou de virus tués ou inactivés (sans affecter les antigènes) qui permet une immunisation active.
Vaccin sous-unitaire
Des vaccins composés seulement d'antigènes de surface. Des vaccins constitués de fractions protéiques bactériennes ou virales purifiées qui offrent généralement une meilleure tolérance locale et systémique que les vaccins constitués de bactéries ou de virus entiers.
Vaccin vivant atténué
Un vaccin contenant des bactéries ou virus vivants affaiblis qui produit une réaction immunitaire active.
Vaccination ciblée
Des programmes d'immunisation qui visent un groupe ou une population particulière.
Vaccination obligatoire
Les vaccins prévus par la loi dans certaines provinces ou territoires.
Vaccination universelle
La tentative de couverture vaccinale maximale d'une population ou d'un segment de la population mondiale, généralement en fixant un objectif et concentrant les efforts afin d'assurer qu'un pourcentage spécifique de la population (p. ex. 80-90 %) a reçu la vaccination avant une date précise.
Vaccination volontaire
Vaccins qui ne sont pas prévus par la loi dans certaines provinces ou territoires.
Voie d'administration
La méthode par laquelle on administre un vaccin. Il existe cinq voies d'administration :
  • voie intramusculaire; lorsque le vaccin pénètre dans le muscle,
  • voie sous-cutanée; lorsque le vaccin pénètre sous la peau,
  • voie intradermique; lorsque le vaccin est placé directement sur la peau et absorbé par celle-ci,
  • voie nasale; lorsque le vaccin est introduit par le nez.
  • voie orale; lorsque le vaccin est sous forme de pilule, de capsule ou de liquide.
Voyageurs
Des personnes qui voyagent ou qui ont voyagé à l'étranger, possiblement dans des endroits aux niveaux de maladies endémiques élevés et dont on ne connaît pas le statut vaccinal.
Date de modification :