Botulisme (Clostridium botulinum)

Les aliments produits au Canada sont parmi les plus salubres au monde, mais peuvent parfois être contaminés par des bactéries, comme la Clostridium botulinum, qui cause le botulisme.

Qu'est-ce que le botulisme et la clostridium botulinum?

Les spores de la bactérie qui causent le botulisme, la Clostridium botulinum, sont répandues dans la nature et se retrouvent généralement dans le sol et la poussière. Ces spores bactériennes causent rarement des problèmes, car elles ne peuvent se développer si elles sont exposées à l'oxygène. Si elles ne se développent pas, elles ne peuvent produire les toxines qui rendent malade.

Le botulisme est une affection paralytique rare mais grave causée par une neurotoxine produite par la bactérie Clostridium botulinum (C. botulinum). Le botulisme alimentaire est causé par la consommation d'aliments qui contiennent la toxine botulinique. Le botulisme infantile résulte de l'ingestion de spores bactériennes qui se développent dans l'intestin et produisent des toxines. Le botulisme peut aussi être causé par une plaie infectée. Toutes les formes de botulisme peuvent entraîner la paralysie et être mortelles.

Comment les gens tombent-ils malades?

Les cas de botulisme sont rares au Canada. La bactérie C. botulinum peut se trouver dans le sol et la poussière, mais ne peut se développer si elle est exposée à l'oxygène; par conséquent, les bactéries ne causent généralement des problèmes que lorsque des aliments ne sont pas conservés ou préparés de façon adéquate.

La cause la plus commune du botulisme est la consommation d'aliments et de boissons contaminés, comme :

  • la mise en conserve domestique inadéquate d'aliments peu acides, tels que les asperges, les betteraves, les haricots verts, les champignons et les poivrons
  • la préparation inadéquate du poisson fumé
  • la préparation inadéquate de viande crue provenant de mammifères marins (baleine, morse, phoque
  • l'entreposage non réfrigéré de jus de fruits peu acides (comme le jus de carotte)
  • les pommes de terre au four conservées dans du papier d'aluminium

Les bactéries C. botulinum sont thermorésistantes grâce à leurs spores et peuvent survivre à des températures élevées. Les bactéries peuvent se développer dans un milieu humide et sans oxygène; la mise en conserve ou la mise en bouteille domestique offrent donc des conditions idéales qui permettent aux bactéries de se multiplier et de produire la toxine, sauf si les aliments sont mis en conserve de façon adéquate ou traités à la chaleur.

Le miel (qui contient la C. botulinum à l'état naturel) a été associé au botulisme infantile. La bactérie ne peut ni croître ni produire de toxines dans le miel, mais peut se multiplier et produire la toxine dans le corps du bébé.

Quels sont les symptômes et le traitement?

N'importe qui peut contracter le botulisme alimentaire. Les symptômes suivants peuvent se manifester dans les 12 à 36 heures suivant la consommation d'aliments contenant la toxine produite par la bactérie C. botulinum :

  • nausées
  • vomissements
  • diarrhée (au début)
  • constipation (plus tard)
  • fatigue
  • faiblesse et étourdissements
  • vision double ou brouillée
  • sécheresse de la bouche
  • difficulté d'élocution et difficulté à avaler
  • paralysie partant au niveau des bras et progressant vers les jambes, le tronc et les muscles respiratoires

Dans le cas du botulisme infantile, les symptômes suivants peuvent se manifester : constipation, faiblesse, pleurnichements, réflexe de succion déficient, irritabilité, absence d'expression faciale et dodelinement de la tête. Dans certains cas, la paralysie du diaphragme peut entraîner de la difficulté à respirer.

La plupart des personnes qui contractent le botulisme se rétablissent si la malade est diagnostiquée et traitée rapidement. Le traitement comprend l'injection de doses d'antitoxines au début de la maladie et des soins respiratoires intensifs. Le rétablissement peut prendre plusieurs semaines ou plusieurs mois. Dans certains cas, le rétablissement peut prendre plusieurs années, et il est possible que la personne ne se rétablisse jamais complètement.

Les cas graves de botulisme peuvent nécessiter des soins médicaux intensifs. Ils peuvent également entraîner la paralysie et une insuffisance respiratoire. L'utilisation d'un appareil respiratoire peut être nécessaire. S'il n'est pas diagnostiqué et traité, le botulisme peut entraîner la mort en trois à dix jours pour cause d'insuffisance respiratoire.

Fait éclair

Le taux de mortalité associé au botulisme au Canada est d'environ 5 à 10 %, s'il y a traitement adéquat.

Comment éviter de tomber malade?

Les aliments contaminés par la toxine de la bactérie C. botulinum ont une apparence, une odeur et un goût normaux. Contrairement à la plupart des bactéries, la C. botulinum n'est pas nécessairement détruite au cours de la cuisson; il est donc essentiel d'empêcher la production de la toxine.

Les conseils suivants vous aideront à réduire les risques que vous ou les membres de votre famille ne contractiez le botulisme :

  • Lors de la mise en conserve ou en bouteille d'aliments peu acides à la maison, utilisez des recettes et des équipements récents et respectez minutieusement les directives. Consultez le site Mise en conserve des aliments et Mise en conserve et en bouteille de fruits de mer pour plus de conseils sur la mise en conserve.
  • Les surfaces de travail, les aliments, les ustensiles, l'équipement et les mains doivent être gardés propres à toutes les étapes de la mise en conserve.
  • Datez et étiquetez toutes les conserves et toutes les denrées mises en conserve. Quand une conserve devrait-elle être jetée?
  • Il ne faut pas servir de miel (même pasteurisé) à des enfants âgés de moins d'un an. Les enfants en santé de plus d'un an peuvent manger du miel sans danger parce que le risque de développer le botulisme infantile est très faible.
  • Il ne faut jamais consommer d'aliments provenant de conserves qui fuient ou dont les extrémités sont gonflées ou bosselées.
  • N'enveloppez pas les pommes de terre et les autres légumes dans du papier d'aluminium au moment de la cuisson, sauf s'ils sont cuits et consommés immédiatement. Si vous souhaitez entreposer les légumes après la cuisson, sortez-les de l'emballage et réfrigérez-les immédiatement.
  • Réfrigérez les jus peu acides (comme le jus de carotte) et les aliments dont l'étiquette porte la mention « garder réfrigéré ».
  • Prenez des précautions en ce qui a trait aux aliments maison conservés dans l'huile (p. ex. l'ail, les légumes, les herbes et les épices). Si ces produits ont été préparés avec des ingrédients frais, ils devraient être gardés au réfrigérateur et jetés après dix jours.

De plus, ces pratiques alimentaires sûres vous permettront de réduire le risque de contracter le botulisme ou toute autre maladie d'origine alimentaire.

Que fait le gouvernement pour me protéger?

Au Canada, plusieurs organisations gouvernementales collaborent chaque jour afin d'assurer la salubrité de vos aliments :

  • Santé Canada élabore des normes et des politiques de salubrité des aliments pour aider à réduire le risque de maladies d'origine alimentaire.
  • L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) assure le respect de ces politiques et de ces normes et procède à des inspections pour s'assurer que l'industrie alimentaire respecte les exigences en matière de salubrité. L'ACIA collabore avec Santé Canada pour s'assurer que les maladies d'origine alimentaire sont détectées immédiatement et que des mises en garde sont rapidement diffusées.
  • L'Agence de la santé publique du Canada étudie l'incidence et les causes des maladies au Canada, assure la surveillance des éclosions et coordonne les interventions en cas d'éclosion.

Le gouvernement du Canada ne ménage pas ses efforts pour protéger votre santé et assurer votre sécurité :

  • Nous exécutons le Plan d'action quinquennal pour assurer la sécurité des produits alimentaires et de consommation pour renforcer et moderniser le système de sécurité du Canada et nous assurer que vous pouvez avoir confiance en la qualité et la salubrité des aliments, des produits de santé et des produits de consommation que vous achetez.
  • Nous investissons 75 millions de dollars de plus dans le système d'assurance de la salubrité des aliments au Canada (qui s'ajoutent aux 113 millions de dollars investis en 2008) pour embaucher davantage d'inspecteurs, mettre à jour les technologies de laboratoire et améliorer les communications avec les Canadiens.
  • Nous participons à des campagnes de sensibilisation du public sur les pratiques alimentaires sûres, comme le programme Soyez prudents avec les aliments du Partenariat canadien pour la salubrité des aliments, un programme qui invite les consommateurs canadiens à penser à la salubrité des aliments à chaque étape de la manipulation des aliments, de l'achat dans les épiceries jusqu'à la nouvelle cuisson des restes d'aliments.
Date de modification :