Risque de maladie de Lyme chez les Canadiens

Informez-vous du risque de contracter la maladie de Lyme et des endroits au Canada où le risque est le plus grand.

Sur cette page

Quel est le risque pour la population canadienne?

Le risque de piqûre de tique apparaît lors du réchauffement printanier et persiste jusqu'en automne. Les tiques peuvent aussi être actives en hiver si le temps est doux et qu'il y a peu de neige. Toutefois, le risque est maximal au printemps et à l'été.

Les tiques à pattes noires se trouvent le plus souvent en forêt et dans les zones broussailleuses entre les régions boisés et les espaces découverts. Comme les populations de tiques s'étendent, il est possible de se faire piquer ailleurs que dans ces lieux.

Qui est le plus à risque?

Vous risquez davantage de vous faire piquer par une tique si vous travaillez à l'extérieur ou pratiquez des activités en plein air. Vous devriez prendre des précautions pour prévenir les piqûres de tique si vous vous adonnez aux activités suivantes :

  • le golf
  • la chasse
  • le camping
  • la pêche
  • la randonnée pédestre

Dans quelles régions du Canada existe-t-il un risque?

Les tiques à pattes noires se trouvent surtout dans les régions suivantes :

  • le sud de la Colombie-Britannique
  • le sud-est et le centre-sud du Manitoba
  • le sud, l'est et le nord-ouest de l'Ontario
  • le sud du Québec
  • le sud du Nouveau-Brunswick et l'île Grand Manan
  • certaines régions de la Nouvelle-Écosse

Maladie de Lyme : Zones endémiques et à risque du Canada

Carte du Canada - Maladie de Lyme : Zones endémiques et à risque
Maladie de Lyme : Zones endémiques et à risque du Canada - Texte équivalent

Cette figure recense les régions où il y a un risque connu de morsures de tiques et de maladie de Lyme et les régions où il y a un risque potentiel de morsures de tiques et de maladie de Lyme. Les régions présentant un risque de morsure de tiques et de maladie de Lyme sont appelées « régions endémiques » (il s’agit de régions endémiques « connues », indiquées par des triangles rouges, si le risque de morsure de tiques et de maladie de Lyme a été confirmé par des études sur le terrain réalisées sur plusieurs années ou si de nombreux cas ont été recensés; autrement, il s’agit de régions endémiques « présumées », indiquées par des triangles bleus). La figure comporte également des zones hachurées indiquant les régions où la surveillance et des études permettent de croire que les tiques sont présentes et que le risque de contracter la maladie de Lyme existe.

Les régions endémiques connues et présumées sont indiquées dans des encarts sur la carte comme suit.

Encart 1 – Sud du Manitoba et Ouest de l’Ontario

Il y a six régions endémiques connues ou présumées au Manitoba : une région située sur la rive ouest du lac des Bois (région endémique connue), la région de l’escarpement Pembina, y compris le parc provincial de la Vallée du Pembina (région endémique connue), la région de Saint-Malo (région endémique présumée) la région de Vita/Arbakka, y compris le long de la rivière Roseau (région endémique présumée), le parc provincial Beaudry et le long de la rivière Assiniboine (région endémique présumée), et secteurs près des forêts provinciales Agassiz et Sandilands (région endémique présumée). Les régions de risque peuvent se retrouver de la frontière de l’Ontario jusqu’à l’ouest du parc provincial Turtle Mountain et de la frontière avec les États-Unis jusqu’aux rives sud du lac Manitoba, lac Winnipeg et dans la partie sud de la région Interlake.

Encart 2 – Sud de l’Ontario

Il y a cinq régions endémiques connues : parc national de la Pointe-Pelée, parc provincial Rondeau, parc provincial Turkey Point, péninsule de Long Point, y compris le parc provincial Long Point et la région de la réserve nationale de la faune, et la région tourbière de Wainfleet près de Welland dans la péninsule du Niagara.

Encart 3 – Sud-Est de l’Ontario et Sud du Québec

Les deux régions endémiques connues en Ontario sont Prince Edward Point et des secteurs du Parc national des Mille-Îles. Il y a cinq régions endémiques connues en Montérégie, dans le Sud du Québec. Toutefois, dans deux cas, les régions sont proches l’une de l’autre. C’est pourquoi trois régions endémiques connues sont indiquées sur la carte. Les régions de risque possible se trouvent aux environs de Kingston, dans la vallée du Saint-Laurent, selon un axe nord-est vers Ottawa, ainsi que dans presque toute la Montérégie et dans des secteurs de l’Estrie et du Centre du Québec, dans le Sud du Québec

Encart 4 – Provinces maritimes

Deux régions endémiques connues au Nouveau-Brunswick (de Millidgeville à Saint John et Grand Manan, île Grand Manan) ainsi que six régions endémiques connues en Nouvelle-Écosse (régions de la municipalité régionale d’Halifax et régions des comtés de Lunenburg, de Shelburne, de Yarmouth, de Pictou et de Queens) sont indiquées. Les régions de risque possible se trouvent à proximité des régions endémiques connues des comtés de Pictou et de Lunenburg en Nouvelle-Écosse.

Encart 5 – Colombie-Britannique

Les régions endémiques connues englobent la partie continentale Sud et l’île de Vancouver. Les régions de risque possible comprennent la majeure partie de l’île de Vancouver et la côte de la Colombie­Britannique en face de l’île de Vancouver, ainsi que les vallées fluviales partout dans le Sud de la Colmbie-Britannique.

Veuillez consulter la page sur la surveillance pour en savoir plus sur les activités de surveillance de la maladie de Lyme et les cas humains recensés au Canada.

Date de modification :