Réponse du Canada à l'éclosion du virus Ebola

Au Canada, tous les ordres de gouvernement participent à la préparation et aux interventions d'urgence en cas de maladies infectieuses.

À ce jour, le Canada a engagé plus de 110 millions de dollars dans le cadre d'interventions humanitaires, de santé et de sécurité pour aider à lutter contre la propagation de la maladie à virus Ebola. Le gouvernement du Canada a également offert un appui non financier et a fait don du vaccin canadien contre la maladie à virus Ebola.

Apprenez comment le gouvernement du Canada protège les Canadiens contre la maladie à virus Ebola tant au Canada qu'à l'étranger.

Sur cette page

Quelles mesures sont prises pour prévenir la propagation de la maladie à virus Ebola au Canada?

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) travaille avec tous les ordres de gouvernement pour mettre un terme à la propagation de la maladie à virus Ebola au Canada. La prévention de la transmission du virus Ebola est essentielle pour maîtriser l'épidémie actuelle. Le Canada fait tout en son pouvoir en vue d'améliorer les mesures de sécurité actuelles.

État de préparation des provinces et des territoires

L'ASPC rencontre les autorités de santé provinciales et territoriales chaque semaine pour appuyer la collaboration pangouvernementale et l'état de préparation. L'ASPC dispose d'équipes d'intervention rapide prêtes à être déployées à tout moment à très court préavis à la demande des provinces ou des territoires.

Campagne en ligne de sensibilisation du public

Une campagne en ligne de sensibilisation du public au virus Ebola a été lancée en novembre 2014. La campagne vise à améliorer les connaissances des Canadiens sur la maladie à virus Ebola et ses symptômes. Elle permet également de les rassurer, à savoir que des mesures raisonnables et responsables ont été mises en place pour assurer la protection de tous les Canadiens.

Mesures renforcées à la frontière

L'Agence des services frontaliers du Canada évalue régulièrement tous les arrivants au Canada afin de dépister les signes de la maladie. Tous les passagers arrivant de Sierra Leone, de Guinée ou du Libéria sont référés à un agent de quarantaine de l'ASPC pour un contrôle médical et un examen médical complet, incluant la vérification de la température.

Les agents de quarantaine fourniront à ces voyageurs des instructions et une trousse d'information. Cette trousse d'information comprendra un thermomètre que les voyageurs utiliseront pour vérifier leur température deux fois par jour durant 21 jours. Si les voyageurs développaient des symptômes, ils devront sans délai se signaler aux autorités de santé publique pour traitement.

L'ASPC aide aussi l'industrie à décider des mesures qui s'imposent dans les aéroports, les avions, les trains, les traversiers et les navires de croisière.

Demandes de visa

À compter du 31 octobre 2014, Citoyenneté et Immigration Canada ne traitera aucune nouvelle demande de visa et ne poursuivra le traitement d'aucune demande de visa pendante présentée par des personnes qui se sont rendus dans un des trois pays touché par l'éclosion au cours des trois mois précédant la date de réception de la demande.

Ces restrictions temporaires s'appliquent aux catégories des travailleurs, des étudiants ou des visiteurs étrangers. Cela comprend les personnes qui y ont vécu ou voyagé ou a transité par l'un des pays touchés par l'éclosion de la maladie à virus Ebola. Les demandes de résidence temporaire et permanente sont touchées.

Le ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration du Canada disposera toujours de son pouvoir discrétionnaire pour autoriser des personnes à entrer, en fonction de chaque cas, dans des circonstances exceptionnelles où le voyage est essentiel et dans l'intérêt du Canada.

Financement de l'état de préparation nationale

Le gouvernement du Canada a consacré un montant de plusieurs millions de dollars pour renforcer l'état de préparation nationale.

  • Un montant de 3 millions de dollars sera utilisé pour appuyer la prestation de formation et la livraison d'équipements pour le contrôle de l'infection. Il permettra d'aider les autorités de la santé provinciales et territoriales à titre de ressources supplémentaires, au besoin, comme le déploiement des Équipes d'intervention rapide de l'ASPC.
  • Un montant de 1 million de dollars sera investi pour déployer des agents de quarantaine supplémentaires dans les aéroports canadiens en vue de renforcer les mesures de contrôle.

Phase I d'essais cliniques pour le vaccin canadien contre la maladie à virus Ebola (VSV-EBOV)

L'ASPC et les Instituts de recherche en santé au Canada (IRSC) ont lancé un essai clinique de phase I sur le vaccin canadien contre la maladie à virus Ebola (VSV-EBOV) le 14 novembre 2014. Le Réseau canadien de recherche sur l'immunisation (RCRI) dirige ces essais, qui se déroulent à Halifax, en Nouvelle-Écosse. L'essai du vaccin est mené parallèlement aux États-Unis. Le fait de mener des essais en parallèle peut contribuer à effectuer davantage d'essais cliniques sur un plus grand nombre de personnes le plus rapidement possible. Les résultats devraient être disponibles début 2015.

Quelles mesures sont prévues si une personne au Canada contracte la maladie à virus Ebola?

Il n'y a jamais eu de cas de maladie à virus Ebola confirmé au Canada. Dans l'éventualité où une personne serait diagnostiquée au Canada, le gouvernement du Canada :

  • collaborera rapidement avec le gouvernement et les responsables de la santé pour identifier toute personne avec laquelle le patient aurait pu être entré en contact;
  • déploiera, à la demande des provinces et territoires, une Équipe d'intervention rapide contre le virus Ebola afin de fournir une capacité d'appoint et des ressources supplémentaires aux autorités de santé provinciales, territoriales et locales;
  • mettra régulièrement à jour les Canadiens sur la manière dont protéger leur santé et sur les mesures prises par le gouvernement pour assurer que la maladie à virus Ebola ne se propage pas;
  • accroîtra la surveillance des maladies infectieuses à l'échelle du Canada;
  • continuera d'appliquer des normes de prévention des infections dont se sont déjà dotés les hôpitaux canadiens et d'autres établissements de soins de santé.

Toute personne diagnostiquée avec la maladie à virus Ebola bénéficiera de traitements de niveau international dans les établissements de soins de santé des provinces.

Comment le Canada contribue-t-il à la lutte contre l'éclosion de la maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest?

Le gouvernement du Canada est tout à fait déterminé à appuyer les efforts internationaux de lutte contre la maladie à virus Ebola. À l'heure actuelle, le Canada assure le suivi de l'éclosion de la maladie à virus Ebola en collaboration avec les partenaires internationaux, dont :

Le gouvernement du Canada adopte également une approche globale pour lutter contre l'éclosion du virus Ebola en Afrique de l'Ouest. Cette approche comprend des contributions financières, techniques et en nature fournies par d'Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada (AECD) et l'ASPC. Il s'agit d'un effort qui vise à :

  • aider à mettre un terme à l'éclosion;
  • prodiguer des soins aux personnes infectées;
  • répondre aux besoins humanitaires croissants qui découlent de la crise;
  • réduire les menaces connexes pour la santé et la sécurité.

Les efforts sont coordonnés par la Mission des Nations Unies pour l'action d'urgence contre l'Ebola (MNUAUE) et grâce aux partenaires humanitaires d'expérience au sein du système des Nations Unies et de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

Apports financiers du Canada

Le Canada a engagé des fonds pour soutenir les interventions en matière de santé, humanitaires et de sécurité en Afrique de l'Ouest. Voici certaines de ses contributions :

  • Plus de 20 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) :
    • Plus de 15 millions de dollars pour renforcer l'intervention médicale dans les pays touchés par la maladie à virus Ebola.
      • Ces fonds seront utilisés pour appuyer les activités de préparation dans les pays voisins qui ne sont pas touchés par cette maladie.
      • Ils seront également utilisés pour améliorer les efforts de coordination.
    • Un montant de 5 millions de dollars pour appuyer les activités d'intervention internationales axées sur la sécurité en lien avec la maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest.
      • La contribution du Canada servira à appuyer les mesures de biosûreté et de biosécurité essentielles. Ces mesures renforceront l'intervention sur le terrain face à l'épidémie et atténueront les menaces connexes pour la santé et la sécurité.
  • Un montant de 10,5 millions de dollars au Programme alimentaire mondial (PAM) :
    • Ces fonds seront utilisés pour répondre aux besoins alimentaires immédiats et prévenir la malnutrition aiguë chez les jeunes enfants et les femmes.
  • Un montant de 10 millions de dollars pour l'UNICEF destiné aux efforts d'éducation sanitaire dans les collectivités. Le soutien du Canada permettra :
    • de renforcer les connaissances des travailleurs en santé et des bénévoles de la collectivité en matière de mesures préventives;
    • d'élargir la portée des services de soins de santé dans la communauté pour les patients atteints de la maladie à virus Ebola;
    • d'améliorer l' accès à des services de base, y compris à de la nourriture, à de l'eau et à des services de santé qui ne sont pas axés sur la maladie à virus Ebola.
  • Un montant de 9,5 millions de dollars pour le Service aérien d'aide humanitaire du PAM des Nations Unies. Ce soutien aidera les opérations de logistiques spéciales à :
    • répondre aux besoins urgents des intervenants en matière de logistique et de transport des répondants;
    • accroître l'efficience de l'intervention humanitaire globale.
  • Un montant de 4 millions de dollars au Fonds de fiducie à partenaires multiples des Nations Unies pour la lutte contre Ebola afin de combler les importantes lacunes dans les mesures de lutte contre le virus.
  • Plus de 3,8 millions de dollars à la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). Ce montant servira à :
    • soutenir la capacité d'intervention médicale à effectuer la recherche de contact pour le suivi des cas et à gérer les efforts de nettoyage;
    • renforcer la capacité de préparation et d'intervention dans les pays qui ne sont pas touchés pour répondre à la crise engendrée par la maladie à virus Ebola;
    • améliorer les efforts de coordination.
  • Un montant de 5 millions de dollars à la Croix-Rouge canadienne (CRC) pour aider à répondre aux besoins urgents au niveau médical et n dotation de personnel médical et d'urgence dans les centres de traitement d'urgence. Le soutien du Canada vise à sauver des vies et à arrêter la propagation de la maladie à virus Ebola.
  • Un montant de 5 millions de dollars à la Croix-Rouge française (CRF) pour soutenir les activités de ses centres de traitement de la maladie à virus Ebola en Guinée. Ce soutien fera en sorte que les patients atteints de la maladie à virus Ebola reçoivent le traitement et les soins dont ils ont besoin pour survivre.
  • Un montant de 4,2 millions de dollars à Médecins sans Frontières (MSF) sera utilisé pour :
    • appuyer les efforts de traitement, y compris dans des établissements de soins communautaires;
    • former le personnel médical et de soutien en Guinée;
    • fournir les mesures d'isolement et de protection visant à limiter et à contenir la propagation du virus Ebola;
    • fournir des soins aux personnes touchées par la maladie à virus Ebola.
  • Un montant de 2,6 millions de dollars à la Bourse du Samaritain afin de répondre aux besoins urgents des personnes touchées et d'arrêter la propagation de la maladie au Libéria. Le soutien du Canada sera également utilisé pour fournir des trousses de soins de base à domicile, du matériel d'information ainsi que des trousses de prévention et de contrôle des infections.
  • Un montant de 1,3 million de dollars à Action contre la faim (ACF) qui sera utilisé pour augmenter la sensibilisation et la formation dans les collectivités en Sierra Leone et en Guinée. Ces activités sont conçues pour aider à contenir le virus Ebola.
  • Un montant d'un million de dollars à Plan Canada pour l'établissement d'unités de soins contre la maladie à virus Ebola. Ces unités fourniront des soins complémentaires aux personnes atteintes de la maladie à virus Ebola au Libéria. Ce soutien sera également utilisé pour fin de formation des travailleurs de la santé et des travailleurs communautaires.
  • Un montant d'un million de dollars à CANADEM pour soutenir le déploiement d'experts canadiens et non canadiens. Ces experts seront déployés pour aider les organismes des Nations Unies à répondre à la crise provoquée par le virus Ebola en Afrique de l'Ouest.
  • Un montant d'un million de dollars à OXFAM-Québec qui servira à aider à contenir et à réduire la propagation du virus Ebola. Ce soutien permettra d'accroître l'accès aux centres de traitement pour les populations touchées au Libéria et en Sierra Leone.
  • Un montant d'un million de dollars à l'Aide à l'enfance qui servira à mettre en œuvre de mesures d'intervention multisectorielles intégrées de lutte contre la maladie à virus Ebola en Guinée. Cette intervention permettra d'apporter une aide immédiate aux enfants vulnérables et à leur famille.
  • Un montant de 500 000 dollars à CARE Canada pour répondre aux répercussions humanitaires plus vastes de la crise provoquée par le virus Ebola. Le soutien du Canada permettra d'améliorer l'accès à de l'eau potable. Il augmentera également la sensibilisation aux bonnes pratiques d'hygiène afin d'aider à contenir l'éclosion de la maladie à virus Ebola au Libéria.
  • Un montant de 23,5 millions de dollars en financement additionnel pour soutenir la recherche et le développement de contre-mesures médicales concernant le virus Ebola. Le vaccin canadien contre la maladie à virus Ebola et le traitement avec anticorps monoclonaux seront utilisés pour :
    • appuyer les essais cliniques en Afrique;
    • aider à produire des traitements avec anticorps monoclonaux.
  • Un montant de 3 millions de dollars pour soutenir les provinces et les territoires dans la prestation d'une formation et la livraison d'équipement pour le contrôle de l'infection. Ces fonds serviront à aider au déploiement des Équipes d'intervention rapide de l'Agence de la santé publique du Canada.
  • Un montant d'un million de dollars pour déployer des agents de quarantaine supplémentaires dans les aéroports canadiens en vue de renforcer les mesures de contrôle à la frontière.
  • Une planification d'urgence afin respecter l'obligation de diligence du personnel canadien déployé dans les régions touchées.

Le Canada participe à des discussions avec un certain nombre de partenaires en vue de déterminer la meilleure façon de continuer à répondre à l'éclosion de la maladie à virus Ebola.

Contributions techniques et en nature

Le gouvernement du Canada a fait de nombreuses contributions techniques et en nature pour aider à lutter contre la propagation de la maladie à virus Ebola.

  • Le Canada a offert des services pour le contrôle et la prévention des infections, ainsi que pour la surveillance et le renforcement de la capacité d'intervention en cas d'éclosion dans la région touchée.
  • Le Canada a envoyé en Sierra Leone deux laboratoires mobiles dont le personnel est composé d'équipes de scientifiques de l'Agence déployés en alternance. Ils procèderont au diagnostic rapide et contribueront aux mesures de lutte contre les infections.
  • Le Canada a donné une quantité de 800 fioles du vaccin expérimental, VSV-EBOV, du Canada à l'OMS. Les 800 fioles ont été expédiées à Genève dès le 20 octobre et la dernière expédition a été envoyée le 27 octobre.
  • Le Canada a envoyé des fioles du vaccin expérimental, VSV-EBOV, élaboré au Canada pour appuyer des essais cliniques en cours au Maryland aux États-Unis, en Europe et en Afrique.
  • Le Canada a effectué sa dernière expédition d'équipement de protection individuelle (EPI) à l'OMS le vendredi 31 octobre 2014. L'équipement est arrivé à Conakry, en Guinée et à Monrovia, au Libéria le 1er novembre 2014. Cela remplit l'engagement antérieur visant à fournir de l'EPI d'une valeur de 2 millions de dollars aux professionnels de la santé de première ligne.
  • Le Canada déploie jusqu'à 40 membres du personnel médical et de soutien des Forces armées canadiennes en Sierra Leone afin d'appuyer les efforts sur le terrain en Afrique de l'Ouest. Des médecins, des infirmières, des techniciens médicaux et du personnel de soutien militaires du Canada travailleront aux côtés de leurs homologues militaires du Royaume-Uni.

Que doivent savoir les voyageurs canadiens?

Le gouvernement du Canada recommande aux Canadiens d'éviter tout voyage non essentiel en Guinée et en Sierra Leone et de prendre des précautions sanitaires spéciales s’ils se rendent au Libéria. Pour de plus amples renseignements, les Canadiens peuvent consulter la page Maladie à virus Ebola : renseignements à l'intention des voyageurs.

Pour prendre connaissance des conseils aux voyageurs les plus récents, consultez la page Conseils et avertissements par pays.

Pour en savoir plus

Date de modification :